Une ressortissante suisse devient la 21e otage au Sahel

Elle été enlevée dimanche dans le nord du Mali, à Tombouctou, une ville contrôlée par des groupes islamistes depuis le 1er avril.

Des combattants du mouvement islamiste Ansar Dine à Tombouctou, le 3 avril 2012. 
Des combattants du mouvement islamiste Ansar Dine à Tombouctou, le 3 avril 2012.  (STRINGER / AFPTV / FRANCE 2)

Elle était la dernière Occidentale encore présente sur place. Une ressortissante suisse a été enlevée dimanche 15 avril à Tombouctou, ville contrôlée par des groupes islamistes armés depuis deux semaines, dans le nord du Mali.

La Suisse a indiqué lundi "se mobiliser entièrement pour la libération en bonne santé de l'otage" et rappelle qu'elle a déconseillé depuis le 1er décembre 2009 à ses ressortissants de voyager dans cette région, en raison du risque élevé d'enlèvement.

Une chrétienne très impliquée dans les actions sociales

Cette femme âgée d'une quarantaine d'années est une chrétienne très impliquée dans les actions sociales, qui vivait depuis longtemps à Tombouctou. Elle avait refusé de quitter la ville après que celle-ci a été conquise, le 1er avril, par le mouvement islamiste Ansar Dine, appuyé par des éléments d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

L'enlèvement de cette Suissesse porte à 21 le nombre d'otages enlevés au Sahel. Vingt sont retenus par Aqmi et un groupe dissident, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest (Mujao) : quatorze Occidentaux - dont six Français - et sept Algériens.