Cet article date de plus de cinq ans.

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent une "déclaration" de cessation des hostilités

Le Mouvement national de libération de l'Azawad, l'un des principaux acteurs de la révolte contre Bamako, compte parmi les signataires de cette déclaration.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le secrétaire du MNLA, bilal Ag Acherif, et le ministres des Affaires étrangères algérien Ramtane Lamamra, médiateur dans le conflit malien, à Alger, le 19 février 2015. (FAROUK BATICHE / AFP)

Vers une sortie de crise au Mali ? Le gouvernement de Bamako et six groupes armés du nord du Mali ont signé, jeudi 19 février à Alger, une "déclaration" prévoyant la cessation immédiate "de toutes formes de violence". 

Le MNLA parmi les signataires

Selon le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, dont le pays est le chef de file de la médiation internationale sur la crise au Mali, la signature de ce document vise à favoriser un "accord de paix global".

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) compte parmi les signataires de cette déclaration. Le groupe indépendantiste touareg était l'un des principaux acteurs de la révolte contre le pouvoir de Bamako qui a débuté en 2012. L'armée française est toujours mobilisée au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Tchad contre les groupes jihadistes. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.