Cet article date de plus d'un an.

Le journaliste français Olivier Dubois, ex-otage au Sahel, est arrivé en France et a été accueilli par Emmanuel Macron

Il est apparu très souriant et en bonne forme apparente après cinq heures de voyage depuis Niamey.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Olivier Dubois à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), le 21 mars 2023. (YVES HERMAN / POOL / AFP)

Un retour très attendu. Le journaliste français Olivier Dubois, otage pendant près de deux ans de jihadistes au Mali, a atterri en France mardi 21 mars, après sa libération survenue lundi. Olivier Dubois a été accueilli peu après midi par ses proches et par le président Emmanuel Macron sur la base aérienne de Villacoublay, au sud-ouest de la capitale.

Vêtu d'un tee-shirt à manches longues et d'un pantalon noir, une sacoche à l'épaule, il est apparu très souriant et en bonne forme apparente après cinq heures de voyage depuis Niamey (Niger). Il devait retrouver dans la foulée sa femme et ses enfants puis s'entretenir quelques minutes avec le chef de l'Etat.

"Je tiens à dire que je n'ai pas été maltraité, ni humilié, ni frappé ni quoi que ce soit", a déclaré le journaliste, peu après son arrivée en France. "Il y a eu des moments difficiles mais pas physiques comme certains ont pu le vivre".

"C'est énorme pour moi d'être là"

Il avait rencontré lundi les journalistes peu après sa libération, accompagné de Jeffery Woodke, humanitaire américain qui avait été enlevé le 14 octobre 2016 au Niger et qui a été libéré en même temps que le journaliste français.

Olivier Dubois avait été kidnappé le 8 avril 2021 à Gao, dans le nord du Mali, par le GSIM, principale alliance jihadiste au Sahel liée à Al-Qaïda. Il collaborait notamment avec le quotidien Libération et le magazine Le Point et vivait au Mali depuis 2015. "C'est énorme pour moi d'être là, d'être libre, je voulais rendre hommage au Niger pour son savoir-faire dans cette mission délicate et rendre hommage à la France et à tous ceux qui m'ont permis d'être là aujourd'hui", avait-il déclaré lundi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.