En pleine guerre, la France débarque son ambassadeur au Mali

Paris a rappelé l'actuel ambassadeur de France à Bamako, Christian Rouyer, avant la fin de sa mission.

L\'ambassadeur de France à Bamako, Christian Rouyer, le 16 janvier 2013, près de Bamako (Mali). 
L'ambassadeur de France à Bamako, Christian Rouyer, le 16 janvier 2013, près de Bamako (Mali).  (ERIC FEFERBERG / AFP)

Au Mali, l'offensive n'est pas uniquement militaire. Elle est aussi diplomatique. Jeudi 21 mars, l'ambassadeur de France à Bamako, Christian Rouyer, a été brusquement rappelé à Paris, avant la fin de sa mission. Un retour précipité dont le Quai d'Orsay ne donne pas les raisons. Christian Rouyer, en poste depuis mars 2011, est remplacé par Gilles Huberson, jusqu'à présent directeur d'une cellule spéciale consacrée au Mali et au Sahel, indique le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Philippe Lalliot.

Ce dernier précise qu'il s'agit d'"un mouvement concernant plusieurs postes africains"Le Figaro, qui a révélé l'information, rappelle que ce limogeage intervient après la mise à l'écart "brutale" de deux autres diplomates en charge de la région : le sous-directeur en charge de l'Afrique de l'Ouest, Laurent Bigot, et le représentant spécial pour le Sahel, Jean Félix-Paganon. 

Selon Libération, Christian Rouyer paierait le manque d'avancées politiques à Bamako, où la crise est loin d'être réglée"L'ambassadeur n'est pas le gouverneur du Mali", a protesté l'un de ses proches auprès du journal.