Les Bamakois sont sous le choc

David Baché, correspondant RFI à Bamako, revient sur l'atmosphère dans la capitale malienne au micro de France 2. 

France 2
Choqués, écœurés, les Bamakois ont du mal à se remettre de cette attaque inédite dans la capitale malienne.
 
Pour rappel l'attentat s'est produit samedi 7 mars dans un lieu apprécié par les expatriés. "Bien sûr on pouvait s'y attendre", explique le correspondant de RFI sur place, David Baché. "Les attentats dans le nord du Mali sont fréquents. On pouvait donc estimer que la menace planait sur la capitale malienne et on savait que les endroits fréquentés par des Occidentaux étaient des cibles potentielles et privilégiées".
 
Les Occidentaux, cibles potentielles
 
Il explique qu'elles le sont en fait depuis plus de deux ans, depuis l'intervention française dans le pays "qui a permis de déloger les groupes islamistes qui avaient occupé pendant plus d'un an les villes du nord du Mali en 2012".
 
La population oscille entre un sentiment de fatalité et de stupeur. Les autorités maliennes ont annoncé l'ouverture d'une enquête.
Le JT
Les autres sujets du JT
La police sur les lieux de l\'attentat, à Bamako, le 7 mars 2015.
La police sur les lieux de l'attentat, à Bamako, le 7 mars 2015. (HABIBOU KOUYATE / AFP)