Coronavirus : à Madagascar, le ministre de la Santé appelle à l'aide internationale tandis que le président vante les mérites d'une tisane

Des dissensions sont apparues au sein de l'Etat malgache dans la lutte contre le Covid-19. 

Un consultation pour coronavirus à Antananarivo, à Madagascar, le 20 juillet 2020. 
Un consultation pour coronavirus à Antananarivo, à Madagascar, le 20 juillet 2020.  (RIJASOLO / AFP)

Cacophonie au sommet. Des dissensions sont apparues au sein de l'Etat malgache dans la lutte contre le Covid-19. Le gouvernement, qui vante les mérites d'une tisane pour combattre le virus, s'est dit "consterné" de l'appel à l'aide internationale lancé par le ministre de la Santé.

Dans une lettre adressée lundi 20 juillet aux bailleurs de fonds, le ministre de la Santé, Ahmad Ahmad, a fait la "liste des besoins les plus urgents" pour lutter contre la pandémie de Covid-19 qui "évolue ces dernières semaines selon un mode très critique à Madagascar avec des flambées épidémiques importantes" dans plusieurs régions, dont la capitale Antananarivo. Il demande notamment 337 respirateurs, des bouteilles d'oxygène, 2 300 000 masques chirurgicaux, 697 000 paires de gants et 533 200 surblouses.

Une tisane baptisée Covid-Organics

L'appel du ministre de la Santé "est une initiative personnelle", prise "sans concertation" avec le gouvernement ou le président malgache Andry Rajoelina, a tenu à souligner le gouvernement. "Force est de constater que de nombreux points cruciaux dans la gestion de cette crise sanitaire ont échappé à la vigilance du ministre de la Santé publique", a-t-il encore estimé.

Le président Rajoelina a fait largement distribuer à sa population mais aussi à plusieurs pays, principalement africains, une tisane à base de plantes, baptisée Covid-Organics, dont il assure qu'elle protège et soigne le coronavirus. Les éventuels bienfaits de cette tisane n'ont à ce jour été validés par aucune étude scientifique.