LA PHOTO. Contre Daech à Syrte avec un vieux char T-55 soviétique

Après les premières frappes américaines sur le fief de Daech en Libye le 1er août 2016, les combattants anti-EI, mal équipés, saluent l'engagement de Washington. Mais ils restent prudents. Syrte, ville natale de Kadhafi, sur la côte, abrite encore quelques centaines de djihadistes expérimentés, difficiles à déloger. De plus, pièges, mines et explosifs cachés les attendent un peu partout.

Les forces armées du gouvernement d\'accord national (GNA) libyen manquent d\'équipement mais pas d\'inventivité. Elles ont construit des armes de fortune et installé des lance-roquettes d\'hélicoptères sur des pick-up ou encore un canon antiaérien sur un remorqueur des gardes-côtes, qui patrouille au large de la cité portuaire. Et dans les forces aériennes, dotées d\'avions de l\'époque soviétique, les appareils les plus récents datent de 1984. C\'est dire si le soutien des Etats-Unis était attendu, permettant aussi de limiter les pertes humaines. Depuis mai 2016, au moins 350 combattants anti-Daech ont été tués et 1.500 blessés dans leur opération de reconquête de Syrte.
Les forces armées du gouvernement d'accord national (GNA) libyen manquent d'équipement mais pas d'inventivité. Elles ont construit des armes de fortune et installé des lance-roquettes d'hélicoptères sur des pick-up ou encore un canon antiaérien sur un remorqueur des gardes-côtes, qui patrouille au large de la cité portuaire. Et dans les forces aériennes, dotées d'avions de l'époque soviétique, les appareils les plus récents datent de 1984. C'est dire si le soutien des Etats-Unis était attendu, permettant aussi de limiter les pertes humaines. Depuis mai 2016, au moins 350 combattants anti-Daech ont été tués et 1.500 blessés dans leur opération de reconquête de Syrte. (Goran Tomasevic / REUTERS - Août 2016)
Un combattant anti-Daech tire un obus vers Syrte avec un vieux char soviétique. Les forces armées du gouvernement d'accord national (GNA) libyen manquent d'équipement mais pas d'inventivité. Elles ont construit des armes de fortune et installé des lance-roquettes d'hélicoptères sur des pick-up ou encore un canon antiaérien sur un remorqueur des gardes-côtes, qui patrouille au large de la cité portuaire. Et dans les forces aériennes, dotées d'avions de l'époque soviétique, les appareils les plus récents datent de 1984. C'est dire si le soutien des Etats-Unis était attendu, permettant aussi de limiter les pertes humaines. Depuis mai 2016, au moins 350 combattants anti-Daech ont été tués et 1.500 blessés dans leur opération de reconquête de Syrte.