Législatives en Algérie : 42,90% de participation, en hausse comparé à 2007

Le taux de participation en Algérie est l'un des principaux enjeux de ces élections, les premières depuis le Printemps arabe.

Dépouillement pour les législatives dans un bureau de vote le 10 mai 2012.
Dépouillement pour les législatives dans un bureau de vote le 10 mai 2012. (FAROUK BATICHE / AFP)

C'était l'un des principaux enjeux des législatives en Algérie, première consultation organisée depuis depuis le Printemps arabe. Le taux de participation pour les élections de jeudi 10 mai est en augmentation par rapport à 2007.

Pour ce scrutin, 42,90% des quelque 21,6 millions d'électeurs ont participé, a annoncé le ministre de l'Intérieur Dahou Ould Kablia. Soit un taux plus élevé que les 35,67% enregistrés aux dernières élections législatives de 2007.

Le président Abdelaziz Bouteflika, initiateur de réformes destinées à prémunir l'Algérie contre une révolution similaire à celles qui ont balayé les régimes de Libye, de Tunisie, d'Egypte et du Yémen notamment, avait appelé à plusieurs reprises ses compatriotes à voter, tout comme nombre d'autres dirigeants politiques. "Les problèmes que nous avons constatés ici et là ont été contenus et ne peuvent avoir en aucun cas d'incidences sur la crédibilité des élections", a également affirmé Ould Kablia.