Cet article date de plus de dix ans.

Le nouveau régime libyen veut faire la lumière sur la mort de Kadhafi

Le Conseil national de transition, qui défend la thèse d'un échange de tirs, va créer une commission d'enquête en réponse aux nombreuses sources qui évoquent une exécution sommaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un portrait saccagé de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi dans les rues de Tripoli, la capitale libyenne, le 1er septembre 2011. (PATRICK BAZ/AFP)

Malgré les vidéos amateurs des dernières minutes de Kadhafi, le mystère demeure. Lundi 24 octobre, le président du Conseil national de transition libyen (CNT), Moustapha Abdeljalil, a annoncé la création d'une commission d'enquête sur les circonstances controversées de la mort de l'ancien dictateur.

Il s'agira notamment de faire la lumière sur la provenance du tir fatal au colonel, tué le 20 octobre à Syrte. Les nouvelles autorités martèlent depuis le début la thèse d'un échange de tirs, tandis que de nombreuses sources évoquent une exécution sommaire.

Le rapport d'autopsie attendu dans les prochains jours

Dimanche soir, le médecin ayant pratiqué l'autopsie de Mouammar Kadhafi et de son fils Mouatassim, lui aussi tué jeudi, a confirmé leur mort par balles. Mais il a refusé de donner plus d'informations en précisant que son rapport n'était "pas fini".

"Leurs blessures nous ont indiqué combien de balles ils ont reçues. (...) Nous avons des réponses à toutes les questions", dont celle de savoir si Kadhafi est mort lors de combats ou s'il a été exécuté, a ajouté le légiste. Selon lui, "le feu vert [pour communiquer sur le sujet] sera donné dans les prochains jours" et "rien ne sera caché".

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.