Cet article date de plus de sept ans.

La moitié des éléphants de Tanzanie tués en cinq ans

L'ONG Traffic constate un "déclin catastrophique" de la population de pachydermes, qui a été divisée par deux en cinq ans, passant de 109 051 en 2009 à 43 330 en 2014.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des éléphants près du cratère de Ngorongoro, le 21 août 2014 en Tanzanie. (MITSUAKI IWAGO / MINDEN PICTURES / AFP)

Les éléphants sont sans défense en Tanzanie. Un nouveau recensement dans le pays révèle un "déclin catastrophique", a annoncé, mardi 2 juin, l'ONG Traffic, spécialisée dans la surveillance de la faune sauvage. Selon les chiffres officiels, cités par l'ONG, la population a été divisée par deux en cinq ans, passant de 109 051 en 2009 à 43 330 en 2014.

"Les chiffres du gouvernement indiquent que la Tanzanie a perdu des dizaines de milliers d'éléphants ces dix dernières années", dénonce Traffic, jugeant "incroyable que le braconnage à une telle échelle industrielle n'ait pas été détecté et combattu jusqu'à présent". Selon le gouvernement, la raison de ce déclin est principalement le braconnage pour l'ivoire.

Des morts, mais peu de carcasses retrouvées

La situation est particulièrement alarmante dans l'écosystème de Ruaha-Rungwa, où seuls 8 272 éléphants ont été comptabilisés en 2014, pour 34 664 en 2009. Curieusement, peu de carcasses ont été retrouvées durant les opérations de recensement. Les spécialistes de la faune n'ont pas trouvé d'explication à ce phénomène.

Ces nouvelles statistiques du gouvernement tanzanien confirment les inquiétudes soulevées dans un rapport de Traffic en 2013, "qui faisait état d'un profond changement dans les routes empruntées par les trafiquants d'ivoire, les ports tanzaniens de Dar es Salaam et Zanzibar étant devenus les principaux points d'exportations pour de grandes quantités d'ivoire".

Sur l'ensemble du continent africain, on estime à 30 000 le nombre d'éléphants illégalement abattus chaque année pour alimenter le commerce d'ivoire, essentiellement à destination de la Chine et d'autres pays d'Asie. Le prix de l'ivoire brut en Chine atteignait 2 100 dollars en 2014, selon l'ONG Save the Elephants et la fondation Aspinall.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.