Cet article date de plus de huit ans.

La femme de Le Floch-Prigent demande à Hollande d'intervenir pour libérer son mari

L'ex-PDG de la compagnie Elf, qui souffre d'un cancer, est détenu à Lomé (Togo) pour une affaire d'escroquerie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Loïk Le Floch-Prigent, le 17 septembre 2012 à Lomé (Togo). Il est détenu dans ce pays pour une affaire d'escroquerie. (REUTERS)

AFRIQUE - "Qu'attend-on ? Que mon mari meure faute de soins ?" La femme de Loïk Le Floch-Prigent, détenu à Lomé (Togo) dans une affaire d'escroquerie, demande au président François Hollande d'obtenir la libération de son mari, dans une lettre rendue publique mercredi 5 décembre par RTL.

"Aujourd'hui, il est tout près de mourir. Des médecins ont pu l'examiner, effrayés de voir dans quel état il est. Bientôt, il sera trop tard, écrit Marlène Le Floch-Prigent. Monsieur le Président, faites quelque chose pendant qu'il est encore temps. Vous seul pouvez convaincre le Togo qu'un homme mort ne peut pas être jugé."

Un appel qu'elle a réitéré sur France 2, décrivant l'état de santé de son mari, menacé par un cancer. Elle demande un rapatriement d'urgence en France.

Francetv ifno

L'ex-PDG d'Elf, âgé de 69 ans, a été arrêté le 14 septembre à Abidjan (Côte d'Ivoire) puis transféré à Lomé, où il a été inculpé pour complicité d'escroquerie. Ses avocats ont plusieurs fois demandé sa libération, mettant en avant la détérioration de son état de santé qui commande, selon eux, son rapatriement d'urgence. Loïk Le Floch-Prigent souffre d'un cancer depuis 2004.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.