Un projet de crèche au Parlement kényan relancé grâce aux déboires de la députée Zuleikha Hassan

Le tollé causé par l'éviction de Zuleikha Hassan de l'hémicycle kényan parce qu'elle y était venue avec son bébé semble avoir porté ses fruits.

Une vue générale des bâtiments du Parlement kényan
Une vue générale des bâtiments du Parlement kényan (THOMAS MUKOYA / X90150)

La députée Zuleikha Juma Hassan est devenue un symbole dans son pays, celui de toutes ces Kényanes qui se battent pour allier carrière et maternité. Le 7 août 2019, elle avait été priée de quitter l'hémicycle parce qu'elle s'y était présentée avec son bébé qu'elle allaite.

Le traitement infligé à Zuleikha Hassan à l'Assemblée natiolale a fait le tour du monde et suscité beaucoup d'indignation, notamment parmi ses collègues. D'autant que l'incident s'est produit pendant la Semaine mondiale de l'allaitement maternel.

Grâce à elle, le Parlement kényan semble aujourd'hui se pencher plus sérieusement sur un projet de crèche. "Depuis hier, a-t-elle écrit sur son compte Twitter le 8 août 2019 photos à l'appui, le Parlement a commencé à travailler sur la crèche. Ce n'est pas tout à fait adéquat. Mais c'est un début."

Un autre tweet publié, le même jour, par le compte de l'Assemblée montre la députée en train de visiter un espace apparemment neuf alors que l'institution avait laissé entendre qu'elle disposait déjà d'un tel lieu pour les mères.  

(L'Honorable Zuleikha Hassan (a inspecté) ce matin la crèche dans l'enceinte du Parlement. Suite à une résolution de la Chambre, la Commission des services parlementaires a mis en place le local destiné à accueillir les députés et le personnel.)

"Nous avons besoin d'un peu de soutien"

La députée de 39 ans, qui appartient au parti d'opposition Mouvement démocratique orange (ODM) dirigé par Raila Odinga, n'avait pas pu faire garder sa petite fille de cinq mois. Ne voulant pas rater une journée de travail, elle avait décidé de se rendre à l'Assemblée avec son enfant. Un geste délibéré pour exprimer son ras-le-bol.

Zuleikha Hassan a indiqué que son action avait conduit à la rapide installation d'une crèche parlementaire promise depuis longtemps. Une telle inititiative avait été lancée en 2013 mais elle n'a pas abouti. Selon le journal kényan Daily Nation, les législateurs avaient adopté en 2017 un projet de loi obligeant les employeurs à dédier aux mamans des espaces permettant de pouvoir allaiter et changer leurs bébés.

"Si nous pouvions disposer de crèches sur nos lieux de travail partout au Kenya - c'est simple mais c'est important - ce serait un pas dans la bonne direction", a déclaré Zuleikha Hassan le 8 août 2019. 

"On veut avoir une famille tout en faisant carrière (mais) nous sommes toujours obligées de choisir l'une ou l'autre", souligne cette mère de quatre enfants. "Nous sommes capables de faire les deux mais nous avons besoin d'un peu de soutien." Désormais, Zuleikha Juma Hassan peut se targuer d'en avoir beaucoup.