LA PHOTO. Kenya: mise au bûcher d'armes illégales pour renforcer la sécurité

Les autorités kenyanes ont détruit, le 15 novembre 2016, près de 5.250 armes à feu illégales. Avec leur élimination, le gouvernement entend montrer son engagement à renforcer la sécurité des citoyens et sa volonté de freiner leur prolifération dans la Corne de l'Afrique et la région des Grands Lacs. L'opération se répèterait tous les ans.

Ces armes ont été soit confisquées en vertu de l’application de la loi ou remises volontairement à des agents chargés de collecter les armes légères ou de petits calibres. Un rapport, datant de 2012, intitulé «Traçage et étude des armes sur le plan national», établi conjointement par l\'Etat kenyan et Arms Survey basé à Genève, révélait que 500.000 armes à feu étaient détenues par des civils.
Ces armes ont été soit confisquées en vertu de l’application de la loi ou remises volontairement à des agents chargés de collecter les armes légères ou de petits calibres. Un rapport, datant de 2012, intitulé «Traçage et étude des armes sur le plan national», établi conjointement par l'Etat kenyan et Arms Survey basé à Genève, révélait que 500.000 armes à feu étaient détenues par des civils. (Ben Curtis/AP/SIPA - Novembre 2016)
Ngong, banlieue de Nairobi. Ces armes ont été soit confisquées en vertu de l’application de la loi ou remises volontairement à des agents chargés de collecter les armes légères ou de petits calibres. Un rapport, datant de 2012, intitulé «Traçage et étude des armes sur le plan national», établi conjointement par l'Etat kenyan et Arms Survey basé à Genève, révélait que 500.000 armes à feu étaient détenues par des civils.