Kenya: du venin de serpent comme antidote

Au Kenya, dans la ferme Bio-Ken on trouve les serpents les plus dangereux du monde. Leurs venins sont utilisés pour fabriquer un antidote. 

France 24

Ici, on trouve des mambas verts et noirs, des cobras cracheurs, tous les serpents, les plus dangereux au monde.
Objectif des employés : récolter et vendre leur venin pour fabriquer des antidotes contre leurs morsures mortelles.

 Royjan Taylor, directeur du centre de serpents venimeux Bio-Ken:
"Il y a un besoin d'anti-venin parce qu'actuellement nous n'avons pas assez d'anti-venin. Je peux vous dire qu'environ un millier de personnes meurent chaque année au Kenya à cause des morsures de serpent".

Le secteur des antivenins en Afrique a été complètement bousculé lorsque le laboratoire français Sanofi a arrêté la production de son antidote polyvalent en 2014
essentiellement pour des raisons de rentabilité.

Royjan Taylor, directeur du centre de serpents venimeux Bio-Ken :
"Le problème c'est que comme personne ne se penche sur ce problème, c'est la personne pauvre qui ne peut pas payer, c'est cette personne qui se faire mordre. // les gouvernements et la communauté internationale devraient vraiment s'en occuper parce que c'est ce qu'il faut faire."

L'Organisation mondiale de la santé a décidé de prendre le problème à bras le corps.
D'ici 2030, elle veut diminuer de moitié le nombre de décès provoqués par les morsures de serpents.

Une ferme à serpents au Kenya
Une ferme à serpents au Kenya (France 24)