Kabila déclaré vainqueur de l'élection présidentielle en RDC

Malgré la demande d'annulation des résultats portée par l'opposition, la Cour suprême de la République démocratique du Congo a validé la réélection du président sortant.

Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo, le 24 octobre 2010, à Montreux (Suisse).
Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo, le 24 octobre 2010, à Montreux (Suisse). (FABRICE COFFRINI / AFP)

Cette élection présidentielle était censée ramener la paix en République démocratique du Congo (RDC), l'un des pays les plus pauvres au monde. Mais la réélection de Joseph Kabila, officialisée vendredi 16 décembre, pourrait au contraire relancer la guerre civile qui a fait plus de cinq millions de morts entre 1998 et 2003.

La Cour suprême de RDC a validé les résultats donnant Joseph Kabila vainqueur avec 48,95 % des voix. Elle a du coup rejeté la demande d'annulation du scrutin déposée par l'opposition, malgré les fraudes constatées dans des bureaux de vote.

Manifestations lundi et mardi

Les observateurs internationaux du Centre Carter, chargés de surveiller le processus électoral, ont pourtant estimé que ces résultats n'étaient pas suffisamment crédibles. Pour Etienne Tshisekedi, le rival de Kabila, arrivé second avec 32 % des suffrages, ces résultats sont une "véritable provocation".

Son parti a annoncé que des manifestations de protestations seraient organisées lundi 19 et mardi 20 décembre dans tout le pays. "Comme nous l'avons dit, nous allons faire échec à ce hold-up électoral", a déclaré Jacquemin Shabani, le porte parole de l'UDPS, le parti d'Etienne Tshisekedi.