Le Gabon tente de diversifier son économie pour sortir du tout-pétrole

Dans un contexte de baisse des prix du brut (qui représente près de 80% des exportations du Gabon) et de sa propre production, le pays cherche à développer de nouvelles activités. Tout en essayant d’attirer des investisseurs étrangers. Compte-rendu d’un colloque organisé au Sénat sur ce thème le 29 mars 2019.

Plateforme d\'exploitation pétrolière offshore au large de Port-Gentil, seconde ville du Gabon. Photo prise le 19 janvier 2017. 
Plateforme d'exploitation pétrolière offshore au large de Port-Gentil, seconde ville du Gabon. Photo prise le 19 janvier 2017.  (JUSTIN TALLIS / AFP)

"Le contexte politique et social (du Gabon) est difficile", constate un document de la Coface (Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur) daté de février 2019. Une situation liée aux problèmes de santé du président Ali Bongo. Ainsi qu’aux contestations qui ont suivi sa réélection en 2016. Plus récemment, le 7 janvier 2019, le pouvoir du président Ali Bongo a réussi à déjouer un coup de force mené par un groupe de militaires.

A l’ouverture du colloque, organisé au Sénat par Business France, agence publique chargée d’accompagner les entreprises françaises à l’international, la représentante d’un groupe de la société civile, TropCtrop, a pris la parole pour demander l'annulation de la réunion. Avant d’être expulsée, elle a dénoncé le scrutin de 2016, accaparé, selon elle, par "une dictature cruelle qui fait souffrir son peuple". Tout en reprochant au Sénat d’avoir déroulé "le tapis rouge" "au régime illégitime gabonais".

Les intervenants au colloque, ministres, responsables gabonais et chefs d’entreprises françaises ont, eux, voulu faire passer un message contraire. "Le Gabon est un modèle de paix et de stabilité", a affirmé Justin Ndoundangoye, ministre gabonais des Transports et de la Logistique.

Le président gabonais Ali Bongo salue ses concitoyens, le 23 mars 2019, après une absence de près de cinq mois. Victime d\'un AVC en octobre en Arabie saoudite, il a été soigné au Maroc. 
Le président gabonais Ali Bongo salue ses concitoyens, le 23 mars 2019, après une absence de près de cinq mois. Victime d'un AVC en octobre en Arabie saoudite, il a été soigné au Maroc.  (STEVE JORDAN / AFP)

"Désormais, les choses sont mieux cadrées. Nos entreprises peuvent venir en toute sécurité. Il n’y a pas de problèmes majeurs, ni de problème de sécurité", a assuré Didier Lespinas, président du Comité des conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) au Gabon. Au passage, il a ironisé sur la récente tentative de coup d’Etat "qui a duré un quart d’heure". "Au Gabon, on se sent bien. Il est facile d’y faire du business", a renchéri Frédéric Descours, directeur général d’Air France-KLM pour l’Afrique centrale.

Climat des affaires "peu compétitif" 

Ce n’est pas forcément l’avis de tout le monde. "Le climat des affaires reste peu compétitif : 169e sur 190 pays dans le classement (de la Banque Mondiale, NDLR) Doing Business 2019, notamment en raison de la faiblesse des infrastructures, de la corruption et de la difficulté d’entreprendre", explique un document distribué dans le dossier de presse du colloque.

Interrogé sur la corruption, le ministre délégué auprès du ministre gabonais de l’Economie, Hilaire Machima, a éludé la question en expliquant qu’il ne savait pas "à quel niveau" celle-ci s’élevait. Alors que la Coface évoque "un chômage élevé et une pauvreté endémique", le ministre a affirmé que "le peuple gabonais a commencé à bénéficier du produit de la croissance", notamment avec le développement d’une couverture maladie. "En 15 ans, (le pays) a évolué à pas de géant. L’esprit d’entreprise s’y développe" comme on peut le constater au vu du développement des start-ups, a insisté de son côté Erik Watremez, directeur général du cabinet Ernst & Young Gabon.

Plateforme pétrolière près de Port-Gentil au lever du soleil le 13 janvier 2017.
Plateforme pétrolière près de Port-Gentil au lever du soleil le 13 janvier 2017. (JUSTIN TALLIS / AFP)

Quelle diversification?

Les autorités gabonaises entendent faire passer le message d’une "transformation de l’économie" pour la diversifier et échapper ainsi à une rente pétrolière qui a tendance à baisser. Le Gabon est le huitième producteur africain, les hydrocarbures représentent 80% de ses exportations, 45% de son PIB et 60% de ses recettes budgétaires. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas tout à fait un hasard si Total y a vendu ses "activités terre" en se recentrant sur ses actifs offshore. "Il s’agit plutôt d’un recentrage", a plaidé Henri-Max Ndong-Nzue, directeur général de la compagnie pétrolière française au Gabon.

Le Gabon tente donc de développer des secteurs comme l’agriculture (il doit importer 80% de son alimentation !), les oléagineux, la pêche, le tourisme. Et, surtout, il s’appuie sur ses autres points forts. A commencer par le bois (7% de ses exportations, selon Business France). Le territoire du pays est constitué à "85% de forêts très bien préservées, mais largement sous-exploitées", a expliqué Benoît Demarquez, directeur général du cabinet d’études spécialisé TEREA. Un des secteurs dans lequel les autorités entendent développer la transformation des produits sur place. Pour cette raison, elles ont interdit en 2010 l’exportation des grumes.

Autre point fort : le secteur minier (5% des exportations du pays). Le pays est le premier producteur mondial de manganèse. "Le minerai est très riche et de très haute qualité. De plus, il affleure à la surface du sol", a constaté Bruno Faour, directeur délégué développement Afrique de l’entreprise minière française Eranet. Il est donc facilement exploitable.

La rivière Ogooe traversant la forêt gabonaise près de Ndjolé (ouest du Gabon) le 14 juillet 2017.
La rivière Ogooe traversant la forêt gabonaise près de Ndjolé (ouest du Gabon) le 14 juillet 2017. (ISSOUF SANOGO / AFP)

Pour faciliter la diversification de l’économie, Libreville entend améliorer ses infrastructures de transports. "Nous avançons dans l’amélioration du réseau routier", a expliqué le ministre des Transports, Justin Ndoundangoye, qui n’a pas souhaité évoquer le montant des investissements prévus. Dans le même temps, un nouvel aéroport international est en cours de construction près de Libreville. Coût du projet, évoqué par Didier Lespinas : 350 millions d’euros. Obstacle de taille en matière de transport aérien : plusieurs compagnies aériennes figurent sur la liste noire de l'UE.

Le "dynamisme du secteur privé"

Pour faciliter son développement, Libreville entend faire appel au "financement et (au) dynamisme du secteur privé" étranger et "repenser les partenariats public-privé" (PPP). A de multiples reprises au cours du colloque, les responsables gabonais ont mis en avant la "zone économique spéciale" de Nkok, proche de la capitale, et présentée par le ministre Justin Ndoundangoye comme le "symbole de la transformation du Gabon". Une zone où 62 entreprises se seraient déjà installées, 26 autres seraient en cours d’installation et 3200 emplois auraient déjà été créés.

Cette zone est le fruit d’un partenariat entre l’Etat gabonais et le groupe de négoce Olam International, propriété d’un fonds souverain de Singapour. Un groupe qui entend "créer un écosystème" dans le pays, selon son directeur général infrastructures Afrique, Olam Gupta. Il "investit dans de nombreux domaines : agricole, forestier, transports, logistique, santé", rappelle Jeune Afrique. En matière de transports, il a notamment obtenu la gestion de l’actuel aéroport de Libreville, au détriment du consortium français Egis/Aéroport de Marseille Provence.

Mine de manganèse à Moanda (sud-est du Gabon) le 28 novembre 2006. La société française Eranet exploite les deux tiers de la production du pays.
Mine de manganèse à Moanda (sud-est du Gabon) le 28 novembre 2006. La société française Eranet exploite les deux tiers de la production du pays. (EYE UBIQUITOUS / REX FE/REX/SIPA / EYE)

Et la France dans tout ça ?

"Votre rôle est-il de déloger du Gabon les acteurs économiques français ?", a-t-on demandé, sous forme de boutade, à Gagan Gupta. Lien de cause à effet ? Toujours est-il que les investissements français au Gabon ont baissé de 45,5% en 2017.

Pour l’instant, les entreprises françaises ne s’intéressent pas à la zone de Ngok, a constaté de son côté le représentant de Ernst & Young. Et Colas, filiale de Bouygues, est la seule société hexagonale retenue pour les travaux routiers dans lesquels les Chinois investissent massivement. Si la France reste le premier fournisseur du Gabon (25% des parts de marché), la Chine est aujourd’hui le troisième (13% des parts de marché). "La diversification de notre économie ne veut pas dire que nous nous tournions le dos à nos anciens partenaires", a affirmé Justin Ndoundangoye. Un propos qui sonne un peu comme un avertissement…