Crash du Boeing 737 MAX 8 : l'Ethiopie "n'a pas l'équipement" pour lire les boîtes noires

Le pays évoque ses difficultés à procéder à la lecture des boîtes noires du vol ET302 qui s'est écrasé le 10 mars 2019 à l'est d'Addis Abeba, faisant 157 morts. Il pourrait dès lors les envoyer à l'étranger, a indiqué ce 13 mars à l'AFP un porte-parole de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines.

A une soixantaine de kilomètres au sud-est d\'Addis Abeba, les débris du vol ET302 sont éparpillés au sol (11 mars 2019).
A une soixantaine de kilomètres au sud-est d'Addis Abeba, les débris du vol ET302 sont éparpillés au sol (11 mars 2019). (BAZ RATNER / REUTERS)

Les boîtes noires "pourraient être envoyées à l'étranger parce qu'il n'y a pas l'équipement pour les lire ici", a déclaré Biniyam Demssie, porte-parole d'Ethiopian Airlines, symbole d'une Ethiopie nouvelle, tournée vers la croissance, mais dépourvue des moyens techniques indispensables en cas de catastrophe aérienne.

Dans un entretien à la chaîne américaine CNN le 12 mars, le PDG d'Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, s'était montré encore plus catégorique, affirmant : "Nous allons les envoyer en dehors d'Ethiopie", à un endroit qui sera déterminé par les enquêteurs éthiopiens et par l'organisme américain chargé de la sécurité dans les transports, qui participe à l'enquête.

Le temps presse

Interrogé sur la probabilité que les boîtes noires soient envoyées aux Etats-Unis, le PDG avait répondu que "cela pourrait être un pays plus proche (de l'Ethiopie) en Europe, dans l'intérêt de la proximité et de la rapidité".

Les deux boîtes noires de l'appareil – celle contenant les données techniques du vol et celle enregistrant les conversations dans le cockpit – ont été retrouvées dès le lendemain de l'accident. Leur lecture doit permettre de répondre aux nombreuses questions posées à travers le monde sur les causes du crash du Boeing 737 MAX 8 flambant neuf d'Ethiopian Airlines, pulvérisé à l'impact au sol dans un champ à 60 kilomètres à l'est d'Addis Abeba.

De nombreux pays ont interdit leur espace aérien aux 737 MAX 8 dans la foulée du drame du 10 mars, ce crash étant le deuxième en moins de six mois pour ce nouveau modèle de l'avionneur américain Boeing. Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s'était écrasé au large de l'Indonésie, faisant 189 morts.

M. Tewolde, selon lequel les similarités entre les deux crashs sont "significatives", a assuré que les pilotes qui étaient aux commandes de l'appareil d'Ethiopian Airlines avaient reçu une nouvelle formation spécifique au 737 MAX 8 à la suite du crash de l'avion de Lion Air.