Etats-Unis. Nouveau dérapage républicain sur la question du viol

Tom Smith, candidat républicain au Sénat en Pennsylvanie a comparé les grossesses issues de viols aux grossesses hors mariage.

Candidat républicain au Sénat, Tom Smith est au cœur d\'une polémique après ses propos sur le viol, le 27 août 2012 (capture d\'écran). 
Candidat républicain au Sénat, Tom Smith est au cœur d'une polémique après ses propos sur le viol, le 27 août 2012 (capture d'écran).  (WGAL / DR)

ETATS-UNIS - Après Todd Akin dans le Missouri, je demande Tom Smith en Pennsylvanie. Le candidat républicain au Sénat a comparé les grossesses issues de viols aux naissances hors mariage, lundi 27 août, rapporte le Huffington Post. C’est le deuxième candidat républicain au Sénat en deux semaines à déclencher une polémique sur le viol et l'avortement.

"Je veux dire, c'est pareil"

Face au Club de la presse de Pennsylvanie, Tom Smith explique être opposé à l’avortement, y compris pour les victimes de viol et d’inceste. L’un des journalistes présents l’interroge alors sur sa réaction si sa fille ou sa petite-fille était elle-même confrontée à une grossesse de ce type.

Le candidat républicain dit alors avoir été confronté à cette situation, lorsqu’un membre de sa famille a eu un enfant hors mariage. "Il ne s'agissait pas d'un viol", précise-t-il. "En quoi est-ce similaire ?", insiste le journaliste. "Mettez-vous dans la position d'un père. Oui, je veux dire c'est pareil."

Récidive dans le camp républicain

Peu après, la porte-parole du candidat a tenté d'éclaircir les choses dans un communiqué. "Bien que ses réponses à certaines des questions posées au Club de la presse de Pennsylvanie ont pu paraître maladroites, à aucun moment il n’a fait la comparaison que certains ont déduit de ses mots", écrit-elle.

Cette polémique braque un peu plus les projecteurs sur les errements du Parti républicain sur la question. La semaine dernière, le candidat républicain Todd Akin avait expliqué que les victimes de viol tombaient rarement enceintes car "leur corps a les moyens de se défendre contre tout ça". Si le camp démocrate condamne volontiers ces propos, la controverse présente aussi un certain nombre d'avantages pour le candidat républicain à la présidentielle, Mitt Romney, comme vous l'explique FTVi