Afrique du Sud : des dizaines de manchots tués par des abeilles

Les manchots africains sont menacés d'extinction. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les manchots du Cap, le 30 juillet 2017 (photo d'illustration).  (PATRICK LEFEVRE / BELGA MAG)

Soixante-trois manchots africains, une espèce classée en danger, retrouvés morts sur une plage près du Cap, ont été tués par des piqûres d'abeilles, révèle la Fondation d'Afrique australe pour la conservation des oiseaux côtiers (Sanccob). "Les oiseaux ont été piqués à mort par des abeilles", a déclaré à l'AFP David Roberts, vétérinaire au sein de la fondation. Les manchots avaient été retrouvés, vendredi 17 septembre, sur la plage de Simon's Town, à une quarantaine de kilomètres du Cap. Des piqûres ont été détectées notamment autour de leurs yeux et des abeilles mortes ont été retrouvées sur la plage, a précisé le spécialiste. 

"Rare et inhabituel"

D'autres tests pour éventuellement détecter une maladie ou des substances toxiques, ainsi que des autopsies, ont été menés. David Roberts a déploré un fait "rare et inhabituel" qui touche une espèce en danger, mais dans la zone qui est un parc national, "les abeilles font aussi partie de l'écosystème", a-t-il souligné.

L'Afrique du Sud abrite la plus importante colonie de manchots au monde. Les manchots africains sont menacés d'extinction, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Quelque 13 000 couples seulement étaient recensés dans le monde en 2019, principalement en Afrique du Sud et en Namibie voisine. Selon la Fondation d'Afrique australe pour la conservation des oiseaux côtiers (lien en anglais), au cours des 30 dernières années, l'Afrique du Sud a perdu 73% de ses manchots. "Si le déclin actuel de la population se poursuit, le manchot africain pourrait disparaître de la côte ouest de l'Afrique du Sud dans 14 ans", avertit la Fondation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement africain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.