VIDEO. "Obligation de réussite" pour la démocratie tunisienne

En Tunisie ce jeudi 4 juillet pour une visite d'Etat en pleine crise égyptienne, François Hollande a adressé ses encouragements au processus démocratique, comme le relate l'envoyée spéciale de France3 Béatrice Gelot. 

Au lendemain de la chute du président Morsi, c'est tout le monde arabe qui vit à l'heure égyptienne. Et plus particulièrement la Tunisie, pionnière avec sa révolution de Jasmin, comme le rappelle Patricia Loison. Béatrice Gelot, envoyée spéciale pour Soir3, a suivi la visite officielle du chef de l'Etat français.

L'Egypte a été  au centre de la conférence de presse des présidents Hollande et Marzouki. Officiellement, François Hollande se refuse à parler de "coup d'Etat". Pour lui, ce qui se passe en Egypte est avant tout l'échec de Mohamed Morsi. Un "processus arrêté", contrairement à la Tunisie, qui maîtrise son avenir avec une constitution en cours de rédaction et des élections avant la fin de l'année.

François Hollande a clairement dit aux Tunisiens qu'ils avaient une "obligation de réussite", qu'ils étaient une "référence", et que "le monde arabe et les Européens [avaient] les yeux braqués sur eux".

Le président français, François Hollande, et son homologue tunisien, Moncef Marzouki, lors d\'une conférence de presse le 17 juillet 2012 à l\'Elysée, à Paris.
Le président français, François Hollande, et son homologue tunisien, Moncef Marzouki, lors d'une conférence de presse le 17 juillet 2012 à l'Elysée, à Paris. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)