VIDEO. Egypte : passe d'armes

C'est l'épreuve de force en Egypte. L'armée choisit le bras de fer avec les Frères musulmans. De violents affrontements ont fait plus de 60 morts samedi 27 juillet.

Ce fut la journée la plus meurtrière depuis la chute du président Morsi. Au moins 65 personnes ont été tuées par balles samedi 27 juillet. La plupart des victimes sont issues du camp islamiste, favorable aux Frères musulmans. "Nous demandons une enquête immédiate concernant ce massacre, a exigé Ahmed Aref, porte-parole des Frères musulmans.

Ces derniers accusent les autorités d'avoir tiré à balles réelles sur la foule. Une accusation démentie par le ministère de l'Intérieur. "J'affirme que la police n'a jamais tiré à balles réelles et qu'elle n'utilisera jamais d'armes à feu contre le peuple égyptien", s'est défendu le ministre Mohamed Ibrahim.  Il a également invité les "protestataires" à quitter les lieux de leur rassemblement.

En Egypte et au sein de la communauté internationale, le recours à cette violence excessive est condamnée.

Des membres des Frères musulmans portent un manifestant blessé lors de heurts avec la police, le 27 juillet 2013 à l\'est du Caire (Egypte).
Des membres des Frères musulmans portent un manifestant blessé lors de heurts avec la police, le 27 juillet 2013 à l'est du Caire (Egypte). (ASMAA WAGUIH / REUTERS )