Cet article date de plus de neuf ans.

Le QG du candidat à la présidentielle égyptienne Ahmed Chafik attaqué

Les locaux du QG de l'ancien Premier ministre de Hosni Moubarak et candidat à la présidentielle ont été attaqué, une annexe a été incendiée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Egyptiens s'en prennent à une affiche du candidat à la présidentielle Ahmed Chafik, au Caire (Egypte), le 28 mai 2012. (KHALED DESOUKI / AFP)

Les locaux du QG du candidat à la présidentielle égyptienne Ahmad Chafiq, ancien Premier ministre de Hosni Moubarak, ont été attaqués lundi 28 mai dans la soirée par des inconnus, a constaté une journaliste de l'AFP. Un garage dans lequel étaient entreposées des affiches a notamment été incendié. Ahmad Chafiq doit affronter le candidat des Frères musulmans Mohammed Morsi lors du second tour les 16 et 17 juin.

Une vingtaine de partisans du candidat, rassemblés devant le QG, ont scandé "Par notre âme et notre sang, nous nous sacrifierons pour toi, Chafiq", mettant en cause des adversaires politiques du candidat pour cette attaque. Des pompiers ont indiqué que l'incendie avait pu être rapidement maîtrisé. De très nombreux prospectus à l'effigie du candidat jonchaient la rue devant les locaux de campagne, dans le quartier de Dokki.

"Chafiq sera président quand je serai mort"

Un millier de manifestants se sont également rassemblés dans la soirée sur la place Tahrir, dans le centre de la capitale égyptienne, pour protester contre la présence au second tour de la présidentielle de Ahmad Chafiq, un ancien chef d'état-major de l'armée de l'air qui fut le dernier chef de gouvernement de Hosni Moubarak. "Chafiq sera président quand je serai mort" pouvait-on lire sur une banderole, tandis que les manifestants piétinaient des affiches et des auto-collants du candidat. 

Considéré comme le candidat de l'armée, Chafik est une figure honnie pour les jeunes révolutionnaires du "printemps arabe" égyptien. Mais dans une Egypte éprouvée par la multiplication des violences politiques et interreligieuses, des agressions, vols à main armée et autres règlements de compte, sa campagne centrée sur la restauration de la stabilité et son credo sécuritaire ont trouvé un écho parmi l'électorat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egypte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.