Egypte : pour les islamistes, il est "plus facile" d'attaquer les Coptes que les policiers ou les militaires

L'écrivain d'origine égyptienne, Robert Solé, est intervenu sur franceinfo après l'attentat qui avait frappé une cathédrale copte du Caire (Égypte), le 11 décembre 2016.

Un attentat a fait au moins 25 morts dans l\'église Saint-Pierre et Saint-Paul du Caire (Égypte).
Un attentat a fait au moins 25 morts dans l'église Saint-Pierre et Saint-Paul du Caire (Égypte). (KHALED DESOUKI / AFP)

Deux attentats dans une église près du Caire, puis à Alexandrie, on fait au moins 36 morts en Egypte, dimanche 4 avril. En décembre 2016, l'église Saint-Pierre et Saint-Paulaux abords de la cathédrale copte de la capitalte egyptienne, avait également été frappée.

Invité à s'exprimer sur franceinfo, l'écrivain d'origine égyptienne Robert Solé a estimé, le 11 décembre dernier, qu'il est "beaucoup plus facile d'attaquer les coptes que de s'attaquer aux deux véritables cibles des islamistes radicaux : les policiers ou les militaires".

Un "échec" du président de la République arabe d'Égypte

Selon Robert Solé, l'attentat de décembre a été perpétré par les islamistes qui trouvent aux coptes deux "défauts" : "D'abord, ils ont le malheur de ne pas être musulmans. Et ils ont soutenu massivement le maréchal Abdel Fattah al-Sissi. Ils ont voté massivement pour lui à l'élection présidentielle parce qu'ils le considèrent comme celui qui les a sauvé de l'islamisme, qui leur a évité la guerre civile, qui a maintenu l'État." Robert Solé a affirmé que cet attentat était un "échec" du président de la République arabe d'Égypte qui a plusieurs fois montré son soutien à la communauté copte.

L'entrée en politique des coptes, depuis 2011, a également été mal perçue. Ils avaient participé au mouvement "qui a conduit en 18 jours à la chute de Moubarak", selon Robert Solé. Cette année-là, un attentat non revendiqué avait fait 23 morts à la sortie d'une église copte à Alexandrie, après la messe du Nouvel An.