Cet article date de plus de huit ans.

Egypte : deux morts dans des affrontements dans le sud du pays

Les victimes sont des partisans du président déchu Mohamed Morsi. Les heurts qui ont éclaté lors d'un défilé islamiste ont également fait plusieurs dizaines de blessés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

En Egypte, la tension ne retombe pas. Au moins deux partisans du président déchu Mohamed Morsi ont été tués, mardi 27 août, dans des heurts avec les forces de l'ordre et des opposants aux Frères musulmans, indiquent des services de sécurité. Les affrontements, qui ont également fait plusieurs dizaines de blessés, ont éclaté dans le sud du pays, lors d'un défilé islamiste interrompu par la police. Selon le quotidien Al Ahram, qui cite une source proche du personnel médical, les deux victimes ont été tuées par balles.

Le calme est revenu au Caire

Cette violence tranche avec le calme qui est revenu au Caire. Les habitants de la capitale ont repris lundi une vie quasi-normale. "La situation est bien meilleure maintenant, les transports publics ont repris et je me sens beaucoup plus en sécurité", a expliqué une mère de trois enfants à l'AFP avant de prendre un taxi sur l'emblématique place Tahrir désormais totalement rouverte à la circulation.

Dans la capitale égyptienne, la plupart des commerces ont rouvert dès dimanche, premier jour de la semaine dans le pays. Les rues ont retrouvé leur animation alors qu'elles étaient désertes pendant les jours qui ont suivi le démantèlement, dans le sang, le 14 août de deux rassemblements permanents des Frères musulmans réclamant le rétablissement du président islamiste Mohamed Morsi. Ce retour progressif à la vie a été favorisé par l'absence pendant plus d'une semaine d'affrontements violents au Caire, où un couvre-feu est en vigueur de 21 heures jusqu'à 6 heures du matin, comme dans 13 autres provinces du pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egypte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.