Cet article date de plus de huit ans.

Egypte : six soldats tués au Caire

Postés à un point de contrôle au Caire, ils ont été la cible d'une attaque.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des forces de sécurité égyptiennes, le 5 octobre 2013, au Caire. (AHMED ISMAIL / AFP)

Hier cantonnées au Sinaï, les attaques contre les forces de sécurité égyptiennes s'étendent maintenant à la région du Delta du Nil et à la capitale. Samedi 15 mars, six soldats égyptiens postés à un point de contrôle dans la banlieue nord du Caire ont été tués par les tirs d'assaillants, selon la télévision officielle. Au moment de l'attaque, les soldats "étaient en train de faire leur prière", a indiqué un porte-parole de l'armée, le colonel Ahmed Ali.

Cette attaque intervient deux jours après celle ayant visé des militaires escortant un bus de l'armée. Un soldat avait alors été tué et trois autres blessés. Depuis la destitution et l'arrestation par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi en juillet, et la répression sanglante de ses partisans, soldats et policiers sont régulièrement visés par des groupes armés.

Un groupe proche d'Al-Qaïda

La plupart des attentats et attaques visant les forces de l'ordre notamment au Caire, comme les sabotages des gazoducs, ont été revendiqués par le groupe jihadiste Ansar Beit al-Maqdess. Ce groupe basé dans le Sinaï dit s'inspirer d'Al-Qaïda. Mais le nouveau pouvoir dirigé de facto par l'armée les attribue aux Frères musulmans, la confrérie de Mohamed Morsi qui avait remporté toutes les élections depuis la chute de HosniMoubarak début 2011.

L'armée a lancé à la mi-2013 une vaste offensive dans la péninsule du Sinaï pour en déloger les islamistes extrémistes et affirme régulièrement avoir arrêté ou tué des "terroristes".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egypte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.