Crash en Égypte : les boîtes noires ont parlé, la piste de l'attaque terroriste privilégiée

L'Airbus A321 de la Metrojet qui s'est écrasé samedi 31 octobre dans le Sinaï égyptien aurait été la cible d'un acte terroriste. France 2 fait le point.

FRANCE 2

Des deux boîtes noires retrouvées sur les lieux du crash de l'Airbus A321 russe en Égypte, l'une livre ce vendredi 6 novembre de précieuses informations. Les enquêteurs ont pu analyser les enregistrements des paramètres de vol. Des paramètres qui confirment le caractère brutal et soudain de la catastrophe.

Des traces qui accréditent la présence d'un engin explosif à bord

Alors que l'A321 survole l'Égypte depuis plusieurs minutes tout semble normal. Puis soudain, plus rien. Au sol, certains débris présenteraient des traces d'impacts allant de l'intérieur vers l'extérieur de l'appareil. Des traces qui accréditent selon certains enquêteurs la présence d'un engin explosif à bord. Aux États-Unis pour la première fois, c'est le président américain Barack Obama lui-même qui évoque la piste de l'attentat.

Depuis quelques heures, les autorités russes, jusque-là très prudentes, semblent faire un pas dans le même sens. Tous les vols du pays à destination de l'Égypte sont désormais suspendus jusqu'à nouvel ordre. À l'aéroport de Charm el-Cheikh, les files d'attente s'allongent. Depuis hier, le Royaume-Uni tente d'organiser le rapatriement de ses ressortissants. Mais ce matin, l'Égypte a suspendu les vols vers Londres. Aujourd'hui, seuls huit vols sur 29 ont finalement été autorisés vers Londres. Seuls des bagages à main étaient acceptés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militaires égyptiens sur le site du crash de l\'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet dans le désert du Sinaï (Egypte), le 1er novembre 2015. 
Des militaires égyptiens sur le site du crash de l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet dans le désert du Sinaï (Egypte), le 1er novembre 2015.  (KHALED DESOUKI / AFP)