Crash en Égypte : les avions britanniques cloués au sol à Charm el-Cheikh

En direct de Londres (Royaume-Uni), Loïc de la Mornais fait le point sur la situation.

FRANCE 2

Pour les autorités britanniques, c'est une bombe qui pourrait avoir causé le crash de l'A321 russe samedi 31 octobre dans le Sinaï égyptien. "La tension est montée d'un cran cet après-midi à Londres quand le gouvernement britannique a lancé ce communiqué en disant que, selon les services de renseignements, c'est bien un engin explosif qui semble être la piste la plus probable pour expliquer le crash de l'Airbus", rapporte Loïc de la Mornais en direct de Londres (Royaume-Uni).

Conseil de crise

"En ce moment même, David Cameron a réuni ce que l'on appelle un 'conseil cobra', c'est-à-dire un conseil de crise, avec les ministres de la Défense, de l'Intérieur également des Affaires étrangères et les services secrets britanniques", poursuit le journaliste de France 2. Les avions britanniques sont cloués au sol. Il y a en ce moment 2 000 vacanciers britanniques à Charm el-Cheikh (Égypte). Ils ne pourront pas rentrer par les vols prévus au Royaume-Uni. Les vols qui étaient prévus demain matin pour partir de Londres en Égypte à Charm el-Cheikh sont également annulés. "Il faut rappeler que le Royaume-Uni a vécu une tragédie en juin dernier avec l'attentat de Sousse (Tunisie) où 30 Britanniques sont morts sur les 39 victimes et ça bien évidemment le Royaume-Uni ne veut pas le revivre", conclut Loïc de la Mornais.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militaires égyptiens surveillent des bagages des victimes du crash de l\'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet sur le site de Wadi El-Zolmat, dans le Sinaï (Egypte), le 1er novembre 2015.
Des militaires égyptiens surveillent des bagages des victimes du crash de l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet sur le site de Wadi El-Zolmat, dans le Sinaï (Egypte), le 1er novembre 2015. (KHALED DESOUKI / AFP)