DIRECT. Crash d'un avion en Egypte : les Russes rendent hommage aux victimes de l'accident

Les gouvernements russe et egyptien attendent les conclusions de l'analyse des boîtes noires avant de se prononcer sur les causes de l'accident qui n'a fait aucun survivant parmi les 224 personnes à bord.  

Des enquêteurs égyptiens scrutent des débris de l\'avion russe tombé dans le Sinaï égyptien, le 31 octobre 2015.
Des enquêteurs égyptiens scrutent des débris de l'avion russe tombé dans le Sinaï égyptien, le 31 octobre 2015. ( MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Les secouristes égyptiens ont élargi à 15 km le périmètre de leurs recherches pour retrouver les corps manquants. Dimanche 1er novembre, le directeur du Comité intergouvernemental d'aviation a annoncé que "la dislocation a eu lieu dans les airs et les fragments se sont éparpillés sur une grande surface d'environ 20 km²". Mais "il est trop tôt pour parler de quelconques conclusions", estime-t-il. Par ailleurs, 61 des 224 victimes du crash de l'avion charter russe survenu la veille, dans le désert du Sinaï, demeurent introuvables. 

Une dislocation en vol. Les autorités avaient annoncé samedi avoir trouvé des débris et des corps dans un cercle s'étendant sur 8 km de diamètre, ce qui, selon des experts, indique à priori que l'Airbus A321-200 de la compagnie russe Kogalymavia n'a pas touché le sol en un morceau. Un enquêteur russe a bel et bien confirmé que l'avion s'était disloqué en vol.

La revendication de l'EI contestée. Les gouvernements égyptien et russe contestent la revendication par la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en représailles, selon elle, aux bombardements russes en Syrie. 

Le BEA sur place. Les autorités égyptiennes ont retrouvé les deux boîtes noires  de l'avion. Elles vont être analysées par des experts, dont ceux du Bureau français d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA), dépêchés sur place dimanche. Le ministre russe des Transports et une équipe d'enquêteurs de haut niveau sont également arrivés au Caire pour aider les autorités égyptiennes à déterminer la cause du crash. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #EGYPTE

22h03 : Un avion contenant 162 dépouilles des victimes du crash du Sinaï a décollé du Caire pour Saint-Petersbourg, en Russie.

21h17 : Quelles zones sont interdites aux compagnies aériennes ? Après l'annonce d'Air France de ne plus survoler le Sinaï, France 2 revient sur les conséquences de ces zones à risque sur le trafic aérien.


(FRANCE 2)

20h02 : La télévision russe Russia Today diffuse une vidéo aérienne de la zone du crash. On distingue bien le reste de la carcasse de l'appareil.


19h02 : Vous posez beaucoup de questions sur la zone de 8 km de diamètre et de 20 km² où se sont éparpillés les débris de l'appareil, qui peuvent confirmer ou infirmer la thèse de l'explosion en plein vol. Voilà ce que dit le directeur de l'agence russe chargée du transport aérien : "les débris se répartissent sur une zone formant une ellipse de 8 kilomètres de long et de 4 km de large."

18h49 : Et pendant ce temps, sur les marches de la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, un hommage est rendu aux 224 victimes russes du crash aérien dans le Sinaï.







(MAXIM SHEMETOV / REUTERS)

17h49 : Changement de ton du ministre russe des Transports Maxim Sokolov, qui affirme qu'"on ne peut pas répondre à la question des causes du crash, car on n'a très peu d'information." Hier, il écartait catégoriquement la piste terroriste.

17h15 : @Danielle Les enquêteurs égyptiens ont commencé à analyser leur contenu, mais préviennent que leurs travaux pourraient prendre plusieurs jours. Le président égyptien Al-Sissi a lui estimé que l'enquête pourrait prendre "des mois".

17h14 : Pouvez-vous me dire qui va analyser les boîtes noires. Je ne crois pas avoir lu l'info.

17h08 : Je ne suis pas prof de maths, mais attention aux unités. On parle d'une zone de 8 km de diamètre pour les débris, et de 20 km².

17h06 : On parle de 20 km de diamètre et non pas de 8 km, donc cela confirme donc l'explosion en vol ? (pas nécessairement malveillante)

17h04 : Et pendant ce temps, à Saint-Pétersbourg, 224 ballons ont été lancés en plein air pour commémorer le crash de l'avion russe dans le Sinaï, hier.

17h16 : @c-buck Lorsqu'il y a un crash aérien, les règles sont simples. C'est le pays où l'avion s'est écrasé qui mène l'enquête (l'Egypte), généralemet assisté du pays des victimes (la Russie) et du fabricant de l'appareil (Airbus, qui dépêche six experts, en plus de ceux du BEA français, un des pays de conception de l'avion).

Il faut savoir que lors du crash de Charm El Cheikh, en 2004, les relations entre les enquêteurs français et les autorités égyptiennes avaient tourné au vinaigre. Les premiers accusaient le pilote (un ancien gradé de l'armée égyptienne) d'avoir fait une erreur, les seconds mettaient tout sur le dos de l'avion, trop vieux d'après eux.

16h59 : Question bête mais qui me turlupine : pourquoi des enquêteurs *français* du BEA ?

16h49 : Qu'on ne nous raconte pas d'histoire, seule une explosion de forte puissance et à haute altitude a pu projeter des corps à 8 km du point d'impact.

16h49 : @Orionisse C'est trompeur, mais le fait que les débris ont été retrouvés sur une zone de 8 km de diamètre est précisément le signe que l'avion n'a pas explosé en vol, affirme un expert dans le JDD. Si une bombe avait explosé dans l'appareil, par exemple, la zone du crash aurait été beaucoup plus importante.

Ainsi, pour le vol MH17 qui s'était écrasé en Ukraine à cause d'un missile, les débris s'étaient éparpillés sur plus de 15 km de diamètre.

15h52 : Ce matin, les enquêteurs avaient élargi le rayon de recherches de corps et de débris, de 8 à 15 kilomètres autour du site du crash. Voici quelques images des débris examinés aujourd'hui, et d'un Egyptien venu déposer des fleurs sur le site en hommage aux victimes.









(MAXPPP)

15h47 : Absolument pas ! Les enquêteurs russes insistent sur le fait que cette certitude ne veut pas dire que la cause du crash est connue. Le fait que l'avion se soit disloqué ne veut pas dire qu'il a explosé. Et même si c'était le cas, une explosion pourraît très bien être due à un problème technique.

15h47 : Donc, il s'agit d'un attentat, c'est confirmé ?

15h48 : La confirmation que l'avion s'est disloqué dans les airs écarte certaines des hypothèses, comme celle d'un atterrissage raté. Mais il est "trop tôt pour parler de quelconques conclusions", estime le chef des enquêteurs russes.

15h38 : "La dislocation a eu lieu dans les airs et les fragments se sont éparpillés sur une grande surface d'environ 20 kilomètres carrés", explique le chef des experts qui enquêtent sur la catastrophe.

15h37 : L'avion russe s'est disloqué dans les airs, avant de toucher le sol, selon un enquêteur russe.

14h12 : Selon l'agence russe Interfax, les enquêteurs russes, arrivés en Egypte pour éclaircir les causes du crash d'un avion russe dans le Sinaï, ont questionné des employés responsables de l'entretien de l'appareil.

11h54 : Côté russe, une journée de deuil national a été décrétée. Les drapeaux sont en berne, comme ici sur le musée de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg, où l'avion aurait dû atterrir.





(REUTERS)

11h49 : Malgré la crise qui oppose toujours les deux pays, des Ukrainiens ont rendu hommage aux victimes du crash de l'avion russe dans le Sinaï, en déposant des fleurs devant l'ambassade de Russie à Kiev. "Le malheur n'a pas de nationalité", explique une jeune Ukrainienne à l'AFP. Même si elle reconnaît que sa démarche n'a pas fait l'unanimité chez ses proches.





(VALENTYN OGIRENKO / REUTERS)

11h18 : La communication avec l'avion a été perdue 23 minutes après son décollage, alors qu'il se trouvait encore à une altitude de 30 000 pieds, soit plus de 9 000 mètres. Sur le contenu des échanges qui ont précédés cette perte de contact, les informations venues d'Egypte sont contradictoires. Selon le ministre de l'Aviation civile, les communications étaient "normales", mais d'autres responsables de l'aviation civile affirment que le capitaine se plaignait d'une défaillance technique de son système de communication, au moment où l'avion a disparu des radars.

10h50 : Hier, on nous parlait de messages de détresse envoyés par l'appareil. Plus tard, on affirmait qu'aucune communication n'avait été établie entre les pilotes et les contrôleurs. Alors, qu'en est-il ce matin ?

12h41 : L'enquête sur le crash de l'avion russe dans le Sinaï se poursuit. Selon l'agence russe Interfax, les membres d'équipage avaient passé des tests médicaux avant d'embarquer, qui n'avaient révélé aucun problème. L'agence Ria Novosti, russe également, affirme que le carburant de l'avion était conforme aux réglementations.

10h03 : Le Parisien est marqué par la revendication du groupe Etat islamique, qui affirme être responsable du crash, même si cette hypothèse est balayée par les autorités russes et égyptiennes. Le journal note qu'Air France et la Lufthansa ont renoncé à survoler le Sinaï jusqu'à nouvel ordre.




10h00 : Le sort de cet avion russe est bien sûr à la une des deux journaux à paraître ce matin. Un crash mystérieux pour le Journal du Dimanche.





11h20 : Bonjour @idea. C'est effectivement une des hypothèses envisagées par les spécialistes L'examen des deux boites noires retrouvées sur le site permettra peut-être de la confirmer ou de l'écarter rapidement. En revanche, les corps les plus éloignés du site du crash ont pour l'instant été retrouvés à 8 kilomètres. 15 kilomètres est simplement le rayon du nouveau cercle dans lequel ont lieu les recherches.

09h54 : Si des corps se trouvent dans un rayon de 15km, ça créditerait la thèse d'une explosion en vol, non ?

09h40 : Selon les autorités, hier, des débris et des corps ont été retrouvés dans un cercle de 8 kilomètres de rayon autour du site. Une dispersion qui, selon les experts, laisse penser que l'avion n'aurait pas touché le sol en un seul morceau.

09h37 : Les secouristes égyptiens ont élargi leur périmètre de recherche à 15 kilomètres autour du site du crash de l'avion russe dans le Sinaï. Les corps de 61 des 224 occupants de l'appareil n'ont pas été retrouvés.

20h21 : @anonyme En fait, l'Etat islamique est une organisation basée surtout en Syrie et en Irak. Mais 35 autres groupes terroristes lui ont prêté allégeance (voir ici une carte) dont le principal groupe terroriste égyptien Ansar Beït al-Maqdess, en novembre 2014.

20h20 : Attendez, il y a l'EI en Syrie, l'EI en Égypte... Un point sur les groupes terroristes s'impose.

20h18 : @eNathan A ce stade de l'enquête, la piste de l'accident est privilégiée. Celle d'un acte terroriste n'est pas exclue, en raison du rôle de la Russie contre l'Etat islamique en Syrie. Celle du détournement n'a pas été évoquée, car l'avion n'avait pas dévié de sa trajectoire, et le pilote n'avait pas appelé à l'aide ou transmis de revendication via sa radio.

20h17 : Bonsoir FTVi ! La piste d'un détournement est - elle envisagée ?

20h07 : @anonyme En fait, la piste terroriste se subdivise en deux hypothèses. 1) Les terroristes envoient un missile sur l'avion depuis la terre, ce qui paraît peu probable. 2) Ils placent une bombe dans l'appareil, ce qui n'est pas exclu.

L'Etat islamique est présent dans la zone via un groupe jihadiste égyptien qui lui a prêté allégeance.

20h06 : Comment l'Etat Islamique pourrait avoir des missiles dans le Sinaï ?

19h35 : "Ma femme était dans cet avion, elle était en vacances avec nos enfants, mais grâce à Dieu les enfants ont dû rentrer deux jours avant elle", raconte Naïl, 60 ans, à l'aéroport de Saint-Petersbourg. "A 6 heures ce matin, elle m'a écrit un SMS pour me dire qu'elle partait à l'aéroport, et maintenant c'est fini. J'ai dû appeler mon fils pour qu'il donne son ADN en vue de l'identification."

19h26 : L'Egypte annonce avoir retrouvé la deuxième boîte noire de l'avion russe, qui s'est écrasé dans le Sinaï ce matin.