Cet article date de plus de deux ans.

La Côte d'Ivoire a perdu, en dix ans, la moitié de ses librairies

La fermeture en Côte d'Ivoire de la moitié des librairies en une décennie est perçue par la profession comme une menace dans un pays où la culture du livre n'est pas développée. Les libraires mettent en cause une politique publique de la gratuité dans le primaire qui, selon eux, a «fait beaucoup de mal aux librairies, dont beaucoup vivent de livres scolaires».
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

Malaise chez les libraires. «En 2008, la Côte d'Ivoire comptait plus de 40 librairies de référence, contre 15 actuellement», a affirmé à l'AFP René Yedieti, président des libraires de Côte d'Ivoire. Si les librairies disparaissent au fil des années, c'est que «nous vendons des instruments du savoir dans une population à moitié analphabète», a-t-il ajouté à l'occasion des 80 ans de la Librairie de France, la plus importante entreprise de distribution de livres en Afrique francophone.

Basée en Côte-d'Ivoire, l'enseigne, qui affiche une position de leader dans le pays, prévoit une série de rendez-vous tout au long de l'année 2018 avec des personnalités tels qu'Erik Orsenna, Jacques Attali, Marguerite Abouet et Christiane Taubira. C'est l'ancienne ministre française de la Justice qui ouvrira le cycle des célébrations le 22 mars 2018. 


La Librairie de France, fidèle à son objectif de proximité avec le public, a lancé, début mars 2017, une librairie mobile, qui sillonne les routes du pays et les quartiers qui n'ont pas accès à la culture. Baptisée Librairie de France mobile, la camionnette de 13 mètres cubes est dotée d'environ 1.000 titres qu'elle propose au gré des centres d'intérêt des clients. 

Le manque de livres scolaires
Près de 5 millions d'élèves étaient scolarisés en 2016 dans les écoles primaires de Côte d'Ivoire et plus de 300.000 enfants dans le pré-scolaire, d'après les chiffres du ministère ivoirien de l'Education nationale. La Banque mondiale affirme, dans un rapport de janvier 2017, que les «enfants ivoiriens n’ont pas assez d’ouvrages pour perfectionner leur apprentissage scolaire», selon un article du Monde sur le business des livres scolaires. Les statistiques officielles confirment qu'en CP, 61% des élèves ont un livre de calcul, le taux s’effondre à 33% en CM2, 24% en CE2 et 23% en CE1. 

Selon l'ONU, le taux d'alphabétisation est de 56,9% pour les adultes ivoiriens, contre 67,5% pour les jeunes. La ministre de l'Education nationale Kandia Kamissoko Camara affichait en octobre 2017 l’ambition du gouvernement ivoirien de réduire le taux d’analphabétisme à 20% d’ici à 2020. Sachant qu'il existe, selon elle, 774 millions d’adultes analphabètes dans le monde dont 9.930.042 en Côte d’Ivoire. Le pays est classé 171e sur 187 Etats en terme d'indice de développement humain par l'ONU.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.