Déambulations dans Chefchaouen, la ville bleue du Maroc

Chefchaouen est un havre de paix situé dans la Cordillère du Rif, au nord-ouest du Maroc. Son nom signifie en berbère «regarde les cornes», car elle se trouve à 600 mètres d'altitude au pied des sommets montagneux Kelaa et Meggou. Un peu plus de 42.000 personnes vivent ici. Des milliers de touristes la visitent chaque année.

12 photos Emily Irving-Swify illustrent ce propos
112
La ville fut initialement créée comme un bastion pour les moudjahidines combattant les envahisseurs portugais au Maroc. Elle fut définitivement achevée en 1480 par Moulay Ali Ben Moussa Ben Rachid El Alami, chef militaire andalou chassé d'Espagne et réfugié au Maroc avec ses troupes et une partie de la noblesse grenadine. EMILY IRVING-SWIFY / AFP
212
Les Andalous chassés d'Espagne, installés dans la ville dès la fin du XVe siècle, la transformèrent en une cité prospère. Pendant longtemps, elle fut interdite aux chrétiens sous peine de condamnation à mort. EMILY IRVING-SWIFY / AFP
312
En 1920, les Espagnols s'emparent de Chefchaouen. Il faut attendre 1956, l'abrogation du protectorat et l'indépendance du Maroc pour que la ville soit rendue au Royaume chérifien. EMILY IRVING-SWIFY / AFP
412
Seule la partie juive de la vieille ville était peinte en bleue, mais il y a une vingtaine d’années, pour attirer les touristes, les femmes ont repeint leurs maisons d’azur, d’outremer, d’indigo… Aujourd’hui, le lieu est repeint entièrement trois fois par an, toujours par les femmes, la nuit venue. EMILY IRVING-SWIFY / AFP
512
Beaucoup de légendes diffèrent sur l’origine du choix de la couleur. Elle est censée protéger contre les yeux du diable. Mais ce choix pourrait aussi s’expliquer car le bleu évoque la spiritualité chez les juifs et les musulmans. Et peut-être aussi par la présence proche des rivières qui descendent des montagnes. Ou encore, de façon plus anecdotique, car elle ferait fuir les moustiques.   EMILY IRVING-SWIFY / AFP
612
Chefchaouen est aussi appelé El Madine El Saliha, "la ville sainte du Maroc", en raison de son important patrimoine religieux: 20 mosquées et oratoires, 11 zawiyas et 17 mausolées. La Grande Mosquée, en plus de la célébration des cultes, est chargée de l’enseignement des sciences humaines et islamiques aux étudiants venus de tout le pays. EMILY IRVING-SWIFY / AFP
712
La ville est construite dans un style architectural arabo-andalou. Suite à l’arrivée massive de familles andalouses, qui trouvèrent refuge dès le début du XVe siècle, au moment de la chute de l'Empire andalou et de la Reconquista (reconquête de l'Espagne par les chrétiens sur les musulmans au cours du Moyen Âge). EMILY IRVING-SWIFY / AFP
812
La médina, assez petite, est l’une des plus belles du Maroc. On y accède par l'une de ses cinq portes. Au fil des ruelles se découvrent de nombreux magasins et bazars. EMILY IRVING-SWIFY / AFP
912
Le 20 novembre 2010, avec trois autres communautés méditerranéennes, dont Soria en Espagne, Coron en Grèce et Cilento en Italie, la ville de Chefchaouen a été inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'Unesco. Cette inscription a été rendue possible grâce à sa pratique alimentaire emblématique du régime méditerranéen. EMILY IRVING-SWIFY / AFP
1012
Avec très peu d’automobiles et une pollution quasi inexistante, Chefchaouen est considéré comme une véritable ville verte. En avril 2010, le conseil municipal l'a proclamée "ville écologique" en s’engageant à entreprendre un certain nombre de mesures relatives à l’environnement: gestion des ressources naturelles, valorisation de la diversité biologique du territoire, création des espaces verts… EMILY IRVING-SWIFY / AFP
1112
Chefchaouen, membre fondatrice de l’Association marocaine pour des éco-villes, a scellé un partenariat en 2011 avec la ville espagnole de Malaga afin de s’inspirer de son expérience en matière de développement durable dans des domaines comme le transport, l'énergie ou l’éducation environnementalen, explique le HuffPost Maroc. EMILY IRVING-SWIFY / AFP
1212
La ville bénéficie aussi d'un programme de l'Union européenne qui vise à mettre en œuvre des actions en faveur de l’énergie durable. Démarré en 2015, le programme, appuyé par une enveloppe budgétaire européenne d'environ 10 millions de dirhams, devrait aboutir en 2018. EMILY IRVING-SWIFY / AFP