Côte d'Ivoire: Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre ivoirien et favori de la prochaine présidentielle, est mort

Le président sortant Alassane Ouattara l'avait adoubé pour le scrutin d'octobre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, mort mercredi 8 juillet, pris en photo le 22 décembre 2019 sur l'aéroport de Bouaké (Côte d'Ivoire). (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, par ailleurs candidat du parti au pouvoir à l'élection présidentielle d'octobre, est mort mercredi 8 juillet à Abidjan à l'âge 61 ans. 

"J'ai la profonde douleur de vous annoncer que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, chef du gouvernement, nous a quitté en ce début d'après-midi après avoir pris part au conseil des ministres", a annoncé le secrétaire général de la présidence Patrick Achi à la télévision publique.

Amadou Gon Coulibaly, dit "AGC", était revenu il y a près d'une semaine de France après deux mois d'hospitalisation pour des problèmes cardiaques.

"Il a incarné cette jeune génération de cadres ivoriens de grande compétence et d'extrême loyauté à la Nation. Avec la disparition d'Amadou Gon Coulibaly, la Côte d'Ivoire perd un modèle pour la jeunesse, un exemple de compétence, d'ardeur au travail et d'abnégation", ajoute le président.

"AGC" avait été adoubé par Alassane Ouattara et faisait figure de favori pour la prochaine élection présidentielle prévue en octobre.  La question de la succession du président, qui avait réussi à ramener l'apaisement dans un pays déchiré, se pose à nouveau : Si Gon Coulibaly était inapte, Ouattara n’aurait pas d’autre choix que de se porter candidat, car il n’y a pas de plan B. Cette question est jusqu’ici restée taboue, du fait que le président a clairement montré sa volonté de départ et indiqué qui était son choix pour lui succéder", expliquait un fin connaisseur du pays au Monde il y a quelques jours.

En 2010-11, la crise post-électorale avait fait 3 000 morts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.