L’investisseur congolais de Marion Maréchal-Le Pen (proche de son père) se dédit

La candidate FN en Paca, Marion Maréchal-Le Pen, a voulu rassurer les milieux économiques en faisant état d’un contrat avec une entreprise africaine qui n’attendait que son élection au second tour pour investir. Tout s’écroule, la société dément et le signataire de la lettre se dédit.

Innocent Dimi
Innocent Dimi (Capture d'écran Youtube)

Tout est arrivé par les réseaux sociaux, l’annonce et le démenti : l’annonce de la lettre d’intention d’un investisseur congolais n’attendant que l’élection de Marion Maréchal-Le Pen à la tête de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) pour venir y signer un gros contrat, et le démenti cinglant du principal intéressé.

«Je me félicite du communiqué de presse du Groupe CONGO CAPITAL ENTREPRISES SA, en charge du programme de privatisation de 46 entreprises au Congo, dans lequel sa direction se déclare convaincue que la dynamique économique d'ouverture dans laquelle nous nous inscrivons permettra aux entreprises françaises de trouver de nouveaux débouchés», écrit la candidate frontiste sur son mur Facebook. 

Capture d\'écran
Capture d'écran (DR)


Qui est Innocent Dimi, le signataire du communiqué ? Le vice-président de l'entreprise est un ancien cadre de Maréchal & Associés, une entreprise dirigée… par Samuel Maréchal, père de Marion Maréchal-Le Pen. Il figure toujours dans l’organigramme de l’entreprise, visible sur leur site web. 

Capture d\'écran
Capture d'écran (DR)


La riposte est venue du patron d’Innocent Dimi, joint par le Nouvel Observateur. «J'ai été très surpris de voir apparaître ce courrier. Nous n'avons pas vocation à soutenir tel ou tel camp politique au Congo ou en France. Présenter la société comme un investisseur qui pourrait intervenir sur le territoire français est faux et dénué de tout fondement», affirme Claude Wilfrid Etoka. 

 
Devant l’ampleur de la polémique et le recadrage de son patron, Innocent Dimi fait machine arrière et parle d’initiative personnelle malheureuse. Et de reconnaître sa relation avec le père de la candidate. 
 
«Je précise qu’en aucun cas mon objectif était de m’immiscer dans la vie politique régionale française, et confirme la nature par essence apolitique des activités économiques que je conduis. Je tiens à préciser que j’ai effectivement eu des relations professionnelles avec M.Samuel Maréchal, qui est un opérateur basé en Afrique, connu comme tel dans la sous-région.»

Capture d\'écran
Capture d'écran (DR)