Hollande : l'intervention en Centrafrique est "l'honneur de la France"

Alors que de moins en moins de Français soutiennent l'opération Sangaris, le chef de l'Etat assure qu' elle "n'a pas vocation à durer" mais qu'elle est "absolument nécessaire".

François Hollande arrive à l\'aéroport de Cayenne (Guyane), le 13 décembre 2013.
François Hollande arrive à l'aéroport de Cayenne (Guyane), le 13 décembre 2013. (RONAN LIETAR / REUTERS)

Intervenir en Centrafrique "est l'honneur de la France", assure François Hollande qui y voit même une "responsabilité". "Si nous n'étions pas là, qui aurait porté secours à des populations en détresse, et qui aurait pu mener ce premier travail qui est de désarmer les belligérants ?", a plaidé le chef de l'Etat, samedi 14 décembre, en marge d'une visite en Guyane.

"Notre intervention n'a pas vocation à durer mais elle est absolument nécessaire", a-t-il assuré, alors que désormais moins de la moitié des Français soutiennent l'opération Sangaris, selon un sondage. Face à ce net recul, le chef de l'Etat se veut compréhensif. "Je sais les interrogations qui existent en France que je comprends. Pourquoi aller aussi loin ? Pourquoi engager des frais alors qu'il y a tant de besoins qui ne sont pas satisfaits en France, tant d'urgences ?" 

"Pendant 30 ans, il y a eu un certain nombre d'opérations militaires françaises en Centrafrique", a-t-il rappelé. "C'était tantôt pour soutenir un dictateur, tantôt pour le renverser." Et de conclure qu'"aujourd'hui, c'est pour sauver des vies humaines, c'est toute la différence."