Cameroun : les cinq employés de Médecins sans frontières enlevés en février ont été libérés

Les anciens otages ont été "emmenés en lieu sûr", a précisé l'ONG, sans révéler les circonstances de leur libération.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats camerounais patrouillent à Fotokol, le 17 février 2015, ville frontalière avec le Nigeria où cinq employés de Médecins sans frontières ont été enlevés, le 24 février 2022. (REINNIER KAZE / AFP)

Ils sont sains et saufs. Cinq employés tchadien, sénégalais, franco-ivoirien et camerounais de l'organisation Médecins sans frontières (MSF), enlevés il y a un mois dans l'extrême-nord du Cameroun par des hommes armés, ont été libérés au Nigeria, a annoncé jeudi 31 mars l'ONG.

Ils avaient été enlevés dans la nuit du 24 au 25 février à Fotokol, à proximité de la frontière nigériane, une région où les groupes jihadistes Boko Haram et Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) attaquent régulièrement les civils et militaires. Les ex-otages ont été "emmenés en lieu sûr", précise l'ONG sans révéler les circonstances de leur libération.

"Rien ne permet de lier cet acte aux attaques de Boko Haram. Nous ne savons pas si c'est un simple vol qui a mal tourné. Un coffre-fort a été ouvert", avait déclaré au moment de l'enlèvement, un responsable camerounais de l'administration locale. Les autorités camerounaises appellent indistinctement Boko Haram, le groupe originaire du Nigeria, ou sa branche dissidente de l'Iswap, qui a fait allégeance à l'EI.



Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cameroun

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.