VIDEO. Dans les rues du Burkina Faso, les manifestants réclament la démission de Blaise Compaoré

Sous la pression de milliers de manifestants, le gouvernement burkinabé a retiré jeudi son projet de révision constitutionnelle qui aurait permis au président de briguer un nouveau mandat.

REUTERS

Assemblée nationale incendiée, télévision publique prise d'assaut, violences en province : le Burkina Faso s'est enflammé, jeudi 30 octobre, contre le régime de Blaise Compaoré, l'un des hommes forts d'Afrique de l'Ouest, au pouvoir depuis vingt-sept ans.

> Pourquoi le Burkina Faso s'embrase

A Ouagadougou, des centaines de manifestants se sont rassemblés à proximité du Parlement, pour protester contre un projet de réforme constitutionnelle qui pourrait permettre au chef de l'Etat de briguer un nouveau mandat : Blaise Compaoré a déjà été élu à quatre reprises avec des scores soviétiques.

"Le président doit démissionner, le gouvernement doit démissionner", a réclamé un homme présent dans les rues de la capitale. Les violences ont déjà fait au moins un mort selon l'AFP, alors que des services d'urgences cités par l'agence Reuters en comptent trois.

Un manifestant à l\'extérieur du Parlement, à Ouagadougou (Burkina Faso), le 30 octobre 2014.
Un manifestant à l'extérieur du Parlement, à Ouagadougou (Burkina Faso), le 30 octobre 2014. (ISSOUF SANOGO / AFP)