Lutte antijihadiste : le Mali et le Burkina Faso veulent "renforcer leur partenariat militaire"

Les deux pays partagent une frontière de plus d'un millier de kilomètres, une zone touchée par de nombreuses attaques meurtrières de groupes jihadistes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, président du Burkina Faso, lors de son investiture, à Ouagadougou, le 2 mars 2022. (OLYMPIA DE MAISMONT / AFP)

Ouagadougou et Bamako constatent que la situation sécuritaire ne s'améliore pas. Les responsables des juntes au pouvoir au Mali et au Burkina Faso, deux pays sahéliens en proie à des attaques de groupes islamistes, ont décidé de "renforcer leur partenariat militaire", a indiqué, dimanche 4 septembre, la présidence burkinabè. 

Partenariat militaire

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch en janvier, a rencontré à Bamako son homologue malien le colonel Assimi Goïta, lui aussi arrivé au pouvoir lors d'un coup d'Etat en mai 2021, pour une "visite de travail et d'amitié" de quelques heures. 

Il s'agit du premier déplacement à l'étranger du chef de la junte burkinabè. Le Burkina Faso et le Mali partagent une frontière de plus d'un millier de kilomètres, une zone touchée par de nombreuses attaques meurtrières de groupes jihadistes. "Nous entendons, dans les jours à venir, mieux examiner et renforcer le partenariat militaire qui existe entre nous, pour davantage relever les défis sécuritaires auxquels les populations, nos peuples sont confrontés", a indiqué le président burkinabè dans un communiqué.

Sahel

Fin août, le Burkina Faso et le Niger, pays également frappé par ces groupes islamistes, avaient invité Bamako à "revenir assumer ses responsabilités" dans le cadre d'une coopération sous-régionale dans la lutte antijihadiste. 

Mi-mai, le Mali avait décidé de se retirer du G5 Sahel et de sa force conjointe, une alliance militaire luttant contre les groupes jihadistes, invoquant une "perte d'autonomie" et "une instrumentalisation" au sein de cette organisation régionale formée avec la Mauritanie, le Tchad, le Burkina et le Niger. La junte malienne s'est progressivement détournée de la France et de ses alliés pour se tourner vers la Russie. L'armée française, poussée vers la sortie, a transféré aux autorités maliennes ses différentes bases au Mali et quitté en août le pays après neuf ans d'engagement contre les jihadistes.

Côte d'Ivoire

Après Niamey et Bamako, Ouagadougou veut aussi se tourner vers Abidjan. Un entretien est prévu ce lundi 5 septembre entre le président burkinabè et son homologue ivoirien Alassane Ouattara. Le Burkina et la Côte d'Ivoire partagent une frontière de près de 600 kilomètres et des milliers de réfugiés burkinabè ont fui ces dernières années les attaques jihadistes qui touchent leur pays pour trouver refuge dans le nord de la Côte d'Ivoire, moins frappé par ces violences.

Le Burkina Faso, où la junte a promis de faire de la lutte anti-jihadiste sa priorité, est confronté comme plusieurs pays voisins à la violence de mouvements armés jihadistes affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, qui y ont fait depuis 2015 des milliers de morts et quelque deux millions de déplacés. Plus de 40% du territoire du Burkina est hors du contrôle de l'Etat, selon des chiffres officiels, et les attaques se sont multipliées depuis le début de l'année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Burkina Faso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.