Burkina Faso : vive tension après une manifestation contre "l'incapacité" du pouvoir à contrer les violences jihadistes

Le pays est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestans portent une banderole "Sauvons le Burkina Faso" à Ouagadougou, le 27 novembre 2021. (OLYMPIA DE MAISMONT / AFP)

Un enfant et deux journalistes ont été blessés, samedi 27 novembre, dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, lors d'incidents qui ont éclaté après la dispersion de centaines de manifestants dénonçant l'"incapacité" du pouvoir à contrer la violence jihadiste dans le pays. La manifestation avait été interdite par la mairie.

Les policiers anti-émeutes ont tiré du gaz lacrymogène pour empêcher les manifestants de se rassembler place de la Nation, dans le centre de la capitale. Après cette dispersion musclée, des jeunes ont dressé des barricades de fortune et brûlé des pneus dans plusieurs quartiers de la capitale.

Au moins 2 000 morts liés au jihadisme en six ans

Le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique. Les attaques qui visent civils et militaires sont de plus en plus fréquentes et en grande majorité concentrées dans le nord et l'est du pays.

L'attaque, le 14 novembre, d'un détachement de gendarmerie à Inata (nord du pays) qui avait auparavant appelé à l'aide, a profondément choqué les Burkinabè. Au moins 57 personnes, dont 53 gendarmes, ont été tuées par des jihadistes armés. Les violences jihadistes ont fait depuis six ans environ 2 000 morts et contraint 1,4 million de personnes à fuir leur foyer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Burkina Faso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.