Burkina Faso : le chef des putschistes visé par onze chefs d'inculpation, dont celui de "meurtre"

Le général Diendéré, chef des putschistes et ancien bras droit de l'ex-président Blaise Compaoré, s'était rendu de lui-même à la justice le 1er octobre. 

Le général Gilbert Diendéré, leader d\'un putsch avorté, le 18 septembre 2015 à Ouagadougou (Burkina Faso).
Le général Gilbert Diendéré, leader d'un putsch avorté, le 18 septembre 2015 à Ouagadougou (Burkina Faso). (THEO RENAUT / AP / SIPA )

Le général Gilbert Diendéré, leader du putsch avorté du 17 septembre au Burkina Faso, a été inculpé mardi 6 octobre "d'attentat à la sûreté de l'Etat".  L'ancien ministre des Affaires étrangères Djibrill Bassolé écope de la même inculpation. Au total, onze chefs d'accusation dont "collusion avec des forces étrangères pour déstabiliser la sécurité intérieure", "meurtre", "coups et blessures volontaires", "destruction volontaire de biens" ont été retenus contre les deux hommes, placés sous mandat de dépôt.

Le général Diendéré, ancien bras droit de l'ex-président Blaise Compaoré, s'était rendu de lui-même à la justice le 1er octobre, après s'être réfugié pendant deux jours chez le Nonce apostolique à Ouagadougou. Chef des putschistes, il avait à plusieurs reprises promis de se mettre à la disposition de la justice. Djibrill Bassolé, figure du régime Compaoré dont il a dirigé la diplomatie, qui a été arrêté le 29 septembre, nie en revanche toute implication dans le putsch, comme l'avait signalé mercredi denier son avocat parisien Me Alexandre Varaut.

Le pouvoir rendu au président de transition Michel Kafando

Le Conseil constitutionnel avait rejeté début septembre la candidature de Djibrill Bassolé à la présidentielle prévue le 11 octobre, en application d'une loi électorale très controversée, votée en avril, rendant "inéligibles" tous ceux qui ont soutenu un "changement inconstitutionnel" (référence au projet de loi de révision de la Constitution qui devait permettre à Compaoré de se maintenir au pouvoir, projet qui avait finalement été fatal au régime).

Une des principales revendications des putschistes portait sur des élections "inclusives", c'est-à-dire qui autorisent les candidatures d'anciennes personnalités du régime Compaoré.

Le général Diendéré avait pris les rênes du pouvoir le 17 septembre, au lendemain de la prise d'otage du président et de ministres de transition par le régiment de sécurité présidentielle, unité d'élite de l'armée et ancienne garde prétorienne de Compaoré. Il a rendu le pouvoir au président de transition Michel Kafando le 23 septembre, après le constat d'échec du putsch face à une forte mobilisation populaire.