Burkina Faso : derrière le coup d'Etat, une guerre d'influence entre la France et Moscou

Publié Mis à jour
Burkina Faso : derrière le coup d'État, une guerre d'influence entre la France et Moscou
Article rédigé par
J. Vitaline, P. Lagaune, H. Puffeney, H. Capelli, L-P. Ada, C. de Chassey - France 2
France Télévisions

Après le Mali, les rues de Ouagadougou, au Burkina Faso, ont vu fleurir les drapeaux russes, samedi 1er octobre. Des slogans contre la présence française ont également été entendus. Sur les réseaux sociaux, les comptes pro-russes s'activent. 

Un drapeau et un slogan à la gloire de Moscou, dans la soirée du samedi 1er octobre, à Ouagadougou (Burkina Faso). L'image symbolise la bataille qui se joue en partie au Burkina Faso : une guerre d'influence entre la Russie, dont l'étendard tricolore a été aperçu dans les rues de la capitale, et la France, violemment attaquée par la foule. L'ambiance rappelle celle du Mali, lors du putsch mené par un groupe militaire en 2020. Dans ce pays frontalier du Burkina Faso, les mêmes slogans contre la France. Deux ans plus tard, l'armée française a été poussée au retrait du pays, remplacée par les mercenaires russes du groupe Wagner. 

Sortir le Burkina Faso du giron de la France

La France conserve de nombreuses bases stratégiques en Afrique de l'Ouest. La région est dans le viseur de la Russie, qui noue depuis plusieurs années des coopérations militaires, via Wagner, avec des pays africains. Pour les Russes, le Burkina Faso est un point d'appui supplémentaire dans l'ouest du continent. "Le Burkina Faso est un pays évidemment ciblé par la Russie depuis un moment, qui essaye de le sortir du giron de la France. D'ailleurs, [les Russes] se sont félicités quand Damiba a fait son coup d'Etat, en pensant pouvoir le récupérer. Ce n'était pas le cas, donc ils espèrent encore une fois qu'ils pourront récupérer ce mouvement", analyse Wassim Nasr, journaliste pour France 24. 

Leur arme pour y parvenir ? Les réseaux sociaux. La France accuse régulièrement la Russie de mener des campagnes de désinformation afin de la discréditer. Pour se défendre, l'armée française s'est lancée dans une contre-offensive médiatique sur internet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.