Burkina Faso : 47 morts dans une attaque attribuée aux jihadistes dans le nord du pays

Dix-neuf personnes ont par ailleurs été blessées, selon le gouvernement burkinabè.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Quarante-sept personnes ont été tuées dans une probable attaque jihadiste, mercredi 18 août à proximité de Gorgadj, dans le nord du Burkina Faso. (GOOGLE MAPS)

Nouvelle journée sanglante au Burkina Faso. Quarante-sept personnes, dont trente civils, quatorze soldats et trois supplétifs de l'armée, ont été tuées mercredi 18 août dans une attaque probablement menée par des jihadistes contre un convoi militaire, escortant des civils, dans le nord du pays, a annoncé le gouvernement burkinabè.

"Un convoi mixte composé de civils, d'éléments des forces de défense et de sécurité et de volontaires pour la défense de la patrie a été la cible d'une attaque terroriste à 25 km de Gorgadj, au cours de laquelle 30 civils, 14 soldats et 3 VDP ont été tués", a annoncé le ministère burkinabè de la communication.

L'attaque, qui a également fait 19 blessés, a eu lieu "alors que les forces de sécurité et les volontaires étaient en mission de sécurisation des civils en partance pour Arbinda", selon le gouvernement. C'est la troisième attaque depuis le début du mois dans la région.

Plus de 1 500 morts liés à ces attaques

La commune de Gorgadji est située dans la province du Séno, dans le nord du Burkina Faso, zone dite des trois frontières, à cheval sur le Mali et le Niger. C'est la région la plus touchée par les violences. Les morts, civils comme militaires, s'y comptent par milliers.

Ces attaques, souvent couplées à des embuscades et attribuées aux groupes jihadistes affiliés au groupe Etat islamique et à Al-Qaïda, ont fait plus de 1 500 morts et contraint plus de 1,3 million de personnes à fuir leurs foyers.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Burkina Faso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.