DIRECT. Attaque en Côte d'Ivoire : Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve se rendront mardi à Abidjan

Les ministres français doivent "témoigner de leur solidarité avec les autorités et le peuple ivoiriens", après l'attaque de la station balnéraire de Grand-Bassam.

Un soldat sur la plage de Grand-Bassam (Côte d\'Ivoire), après une attaque jihadiste, le 13 mars 2015.
Un soldat sur la plage de Grand-Bassam (Côte d'Ivoire), après une attaque jihadiste, le 13 mars 2015. (ISSOUF SANOGO / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve se rendront à Abidjan (Côte d'Ivoire), mardi 15 mars, deux jours après l'attaque jihadiste qui a frappé la station balnéaire de Grand-Bassam. Les ministres français des Affaires étrangères et de l'Intérieur iront "témoigner de leur solidarité avec les autorités et le peuple ivoiriens et assurer de leur soutien la communauté française sur place", indique l'entourage du locataire du Quai d'Orsay.

Au moins 18 morts, dont un Français. "Le bilan est lourd", a commenté dimanche Alassane Ouattara. Les autorités ivoiriennes ont annoncé, lundi après-midi, un nouveau bilan : 15 civils et trois membres des forces de sécurité tués, auxquels s'ajoutent une vingtaine de blessés. La justice française a ouvert une enquête pour assassinat terroriste.

Une attaque revendiquée par Aqmi. L'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique a indiqué, dimanche, que l'attaque avait été menée par "trois héros"Le ministre ivoirien de l'Intérieur a indiqué lundi que "trois terroristes [avaient] été abattus".

Le premier attentat de ce type en Côte d'Ivoire. Cette attaque ressemble à celle revendiquée par le groupe Etat islamique contre un hôtel à Sousse (Tunisie), en juin 2015, qui a fait 38 morts. Elle suit également plusieurs attaques en Afrique de l'Ouest visant des lieux fréquentés par des étrangers, à Bamako (20 morts en novembre) et Ouagadougou (20 morts en janvier).

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COTEDIVOIRE

22h32 : Voici les trois articles qu'il ne fallait pas manquer sur francetv info aujourd'hui :

Toute la semaine, François Hollande et Manuel Valls ont multiplié les tractations avec les syndicats afin d'apporter les dernières retouches au projet de loi Travail. Elise Lambert fait le récit des dernières négociations dans cet article.

"C'est trop cruel pour qu'on puisse vivre un lundi normal" : au lendemain de l'attaque meurtrière à Grand-Bassam, une professeure au lycée français d'Abidjan témoigne auprès de notre journaliste Vincent Daniel.

Ne dites plus Nord-Pas-de-Calais-Picardie, mais Hauts-de-France. La région a été rebaptisée ce matin. Mais pour l'historien Laurent Warlouzet, "Flandres-Artois-Picardie sonnerait mieux". Il explique pourquoi à notre journaliste Louis Boy.

21h36 : "La Côte d'Ivoire ne se laissera pas intimider par des terroristes. Nous ne permettrons pas que des terroristes freinent notre marche vers l'émergence économique."

Le président ivoirien souhaite que le pays "continue" sa "collaboration" avec ses partenaires régionaux, continentaux et internationaux "afin de renforcer (la) coopération pour combattre ces terroristes". Il s'est exprimé dans une déclaration radiotélévisée.

21h31 : La sécurité est renforcée en Côte d'Ivoire, et plus précisément autour d'Abidjan, au lendemain de l'attaque jihadiste qui a fait 18 morts dans une station balnéaire.







(Cyrille BAH / ANADOLU AGENCY / AFP)

21h00 : Voici des images filmées par la vidéosurveillance dans le bar de l'hôtel Etoile du Sud, sur la plage. Les employés des lieux et les touristes sont très surpris. Les coups de feu retentissent et la musique du bar continue...


(REUTERS)

18h25 : "Le président de la République présente ses condoléances aux familles de toutes les victimes."François Hollande a par ailleurs confirmé le déplacement à Abidjan, demain, du ministre des Affaires étrangères et du ministre de l'Intérieur, afin de "manifester concrètement la solidarité de la France avec la Côte d'Ivoire".

18h11 : Ce nouveau bilan a été annoncé par l'Elysée à l'issue d'un entretien téléphonique entre François Hollande et Alassane Ouattara, le président de Côte d'Ivoire.

18h10 : Quatre Français ont été tués hier dans l'attaque menée par Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) contre la station balnéaire de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire.

16h17 : Selon le journaliste spécialiste de l'Afrique Antoine Glaser, l'attaque terroriste de Grand-Bassam est "une provocation" à l'égard de la France. "Cela veut dire que l'on peut vous atteindre maintenant dans toutes les capitales, en particulier du pré carré français" en Afrique de l'Ouest.








DLTFTV_MAM_6082890(FRANCE 3 / FRANCETV INFO)

15h04 : Le président ivoirien, Alassane Ouattara, annonce un deuil national de trois jours et un renforcement des mesures de sécurité dans le pays. Il s'exprimera à la télévision ce soir.

15h00 : Le ministre ivoirien de l'Intérieur indique que "trois terroristes ont été abattus" hier, et non six comme l'indiquaient les précédents bilans officiels. Par ailleurs, le nombre de victimes civiles est porté à quinze (et non quatorze) et celui des membres des forces de sécurité à trois (et non deux).

15h05 : Les autorités annoncent un nouveau bilan de l'attaque à Grand-Bassam : quinze civils et trois membres des forces de sécurité tués.

13h46 : Au lendemain de l'attaque meurtrière perpétrée dans la station balnéaire de Grand-Bassam, j'ai interrogé une professeure au lycée français d'Abidjan. Elle nous explique qu'elle a choisi d'aller travailler, malgré la stupeur et l'effroi. Son témoignage est à lire ici.