Sabri Louatah, l'auteur des "Sauvages", signe avec "404" un thriller politique glaçant et palpitant

Après le succès retentissant des "Sauvages" adapté en série télé sur Canal +, le nouveau roman de Sabri Louatah explore avec brio les dérives des nouvelles technologies et du communautarisme. Un récit d'anticipation d'une brûlante actualité.

Sabri Louatah - octobre 2011
Sabri Louatah - octobre 2011 (Jean-Luc Bertini - Flammarion)

404 nous projette en 2022. Une femme blanche, centriste et populiste vient d'être élue à la présidence de la République française. Elle doit son succès électoral à un immense élan de sympathie né après la publication d'une vidéo la montrant en train de se faire violer par un homme politique algérien. Cette vidéo est-elle réelle ou trafiquée ? Seule certitude, elle a modifié le cours des élections.

Après Les Sauvages, fresque d'anticipation en quatre tomes adaptée en série sur Canal + avec Rebecca Zlotowski, Sabri Louatah nous replonge dans son univers singulier et moderne où se mêle une mosaïque de situations et de personnages. À un rythme haletant, l'intrigue se noue autour des "deep fake" de demain. Des vidéos si bien truquées que nul n'est capable de déterminer si elles sont fausses ou authentiques. Leur impact sur la société est quant à lui bien réel.

\"404\" de Sabri Louatah
"404" de Sabri Louatah (FLAMMARION)

"Dans la réalité, les deep fake existent déjà, raconte le romancier interviewé par Léa Salamé sur France inter. Mais elles n'ont pas le niveau de perfectionnement que je leur imagine. Je les appelle des mirages." 

Une parole raciste libérée

Ces "mirages" sont un fléau technologique qu'une jeune polytechnicienne d'origine alégerienne s'est mis en tête de contrer avec une nouvelle application nommée 404. Pensée comme un antidote aux vidéos manipulées par l'intelligence artificielle, 404 se développe dans l'Allier.

Trois hommes gravitent autour de ce projet et d'Allia, l'intellectuelle surdouée qui s'accroche coûte que coûte à son ambitieux projet. Medhi, le maire d'une petite commune rurale, Kader, le milliardaire qui a entrepris de racheter une partie du département au profit des musulmans et Ali le discret camarade de prépa d'Allia.

Le roman met aussi en lumière une société raciste, divisée entre musulmans d'un côté et Français de souche de l'autre. Un monde où les fantasmes ont plus de poids que la réalité. Un monde où la quatrième génération de musulmans installés en France se voit encore traitée de "sale Arabe".

Je suis parti d’un sentiment. Celui de ne pas être chez soi dans son propre pays. C’est un sentiment que je ressens.Sabri LouatahFrance inter - 23 janvier 2020

404 amènera-t-elle ses fervents défenseurs au chaos ? Comme dans Les Sauvages, c'est dans les dernières pages du livre que l'on comprend vraiment où l'auteur souhaite nous emmener. Sabri Louatah signe une œuvre de politique-fiction d'une brûlante actualité. Glaçante et palpitante.