Mort de Josette Audin : "Nous allons continuer le combat, c'est le plus bel hommage qu'on peut lui rendre"

Pierre Mansat, président de l'association Maurice Audin,dit vouloir "poursuivre les exigences de vérité sur les conditions de l'assassinat de Maurice Audin, mais aussi l'action sur tous les disparus de la guerre d'Algérie." 

Josette Audin le 12 juin 2018.
Josette Audin le 12 juin 2018. (ARNAUD DUMONTIER / MAXPPP)

"Nous allons continuer le combat, à la fois pour poursuivre les exigences de vérité sur les conditions de l'assassinat de Maurice Audin, mais aussi l'action sur tous les disparus de la guerre d'Algérie. C'est sans doute le plus bel hommage qu'on peut rendre à Josette Audin", a promis dimanche 3 février sur franceinfo Pierre Mansat, président de l'association Maurice Audin, après la mort de la veuve de Maurice Audin, survenue samedi matin à l'âge de 87 ans. Elle se battait depuis 60 ans pour que l'armée française reconnaisse avoir torturé et assassiné son mari, jeune militant communiste décédé en 1957 en Algérie.

"J'ai plein de souvenirs qui me reviennent : l'inauguration de la place Maurice Audin en 2004, les prix Maurice Audin et puis, par-dessus tout, la visite d'Emmanuel Macron le 13 septembre dans son appartement", se rappelle Pierre Mansat. "Elle avait un sourire d'une beauté incroyable, un sourire délicat mais qui manifestait une force, une détermination étonnante".

Dans la période actuelle, avec un pays divisé, qui s'interroge beaucoup, l'action de Josette Audin, avec cette détermination incroyable, cette exigence de vérité, c'est un exemple incroyable.Pierre Mansatà franceinfo

"Josette va être enterrée dans l'intimité familiale. Nous avons convenu avec Pierre et Michèle Audin que ce sera sans doute lors de l'inauguration du cénotaphe [monument funéraire qui ne contient pas de corps] Maurice Audin, qui va être réalisé au Père Lachaise. Un hommage public sera remis à Josette Audin à cette occasion, sans doute en juin 2019", explique Pierre Mansat.

"Elle a vécu toute sa vie avec cette injustice enfouie au fond d'elle-même", a réagi de son côté sur franceinfo Pierre Laurent, ancien secrétaire national du Parti communiste et sénateur de Paris. "C'était une militante très humble, modeste mais très courageuse, assurée dans ses convictions et elle l'est restée toute sa vie."