Cet article date de plus de cinq ans.

La jupe était trop longue en France et trop courte en Algérie

Les étudiantes ne savent plus à quel couturier se vouer. Une lycéenne de 15 ans scolarisée de Charleville-Mézières (France), s'est vue refuser l'accès à l'établissement scolaire les 16 et 25 avril à cause de sa jupe jugée trop longue. Le 10 mai, une étudiante en droit a subi le même sort à Alger pour… une jupe trop courte. La Toile s’en amuse…
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Polémique sur la longueur des jupes (DR)
Le XXIe siècle sera textile ou ne sera pas. Et la polémique sur la longueur des jupes et des robes risque de durer pendant plusieurs années. Qui peut juger de la conformité d’une robe ou d’une jupe ? A Charleville-Mézières (Ardennes, France), la proviseure a trouvé la robe de Sarah, 15 ans, trop longue pour être laïque. A Alger, un agent de sécurité était outré par une jupe au-dessus du genou et a interdit à l’étudiante en droit de se présenter à un examen. 

 (DR )

Les explications du recteur de l’université, qui a pris fait et cause pour l’agent de sécurité expulseur, ne semblent pas convaincre les internautes.  «Le règlement n’oblige personne à porter le hidjab ou tchador. Mais il exige une tenue décente, aussi bien pour les filles que pour les garçons. Il faut comprendre que la faculté est un lieu de culture. La fille portait une mini-jupe, qui était au-dessus du genou, et non une robe», explique Mohamed Tahar Hadjar, recteur de la faculté d’Alger, au site TSA

 (DR)

En avril, ne te découvre pas d’un fil, et en mai ne fais pas ce qu’il te plaît. Sur les réseaux sociaux, la polémique irrite au plus haut point. Pour de nombreux commentateurs, l’essentiel est ailleurs. 

 (DR)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.