Guerre d'Algérie : l'Elysée exclut des "excuses" mais envisage des "actes symboliques" après la remise du rapport de l'historien Benjamin Stora

Le président Emmanuel Macron avait confié une mission à l'historien Benjamin Stora en vue de favoriser "la réconciliation entre les peuples français et algérien".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Alger (Algérie), le 6 décembre 2017. (RYAD KRAMDI / AFP)

Des "actes symboliques" sont envisagés, mais il n'y aura "ni repentance ni excuses". C'est ce qu'a indiqué l'Elysée à la suite de la remise, mercredi 20 janvier, d'un rapport sur la colonisation et la guerre d'Algérie par l'historien Benjamin Stora à Emmanuel Macron, a confirmé l'Elysée à franceinfo.

Le chef de l'Etat participera à trois journées de commémoration dans le cadre du 60e anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie en 1962 : la journée nationale des harkis le 25 septembre, la répression d'une manifestation d'Algériens le 17 octobre 1961 et les Accords d'Evian du 19 mars 1962, a précisé la présidence.

"Dresser un état des lieux juste et précis"

Benjamin Stora, spécialiste reconnu de l'histoire contemporaine de l'Algérie, remet ce rapport dont l'a chargé en juillet Emmanuel Macron pour "dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d'Algérie".

Le chef de l'Etat "s'exprimera en temps et en heure" sur les préconisations de ce rapport, qui sera rendu public à 17 heures, et de la commission qui sera chargée de les étudier, a précisé la présidence. "Il y aura des mots" et "des actes" du président dans "les prochains mois", a-t-elle assuré, en précisant que s'ouvrait "une période de consultations".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.