Six choses que vous ignorez peut-être sur Abdelaziz Bouteflika

Le chef d'état-major de l'armée a demandé que le président Abdelaziz Bouteflika soit déclaré inapte, mardi.

Abdelaziz Bouteflika lors d\'élections locales à Alger (Algérie), le 23 novembre 2017.
Abdelaziz Bouteflika lors d'élections locales à Alger (Algérie), le 23 novembre 2017. (RYAD KRAMDI / AFP)

L'armée l'a lâché. Mardi 26 mars, le chef d'état-major de l'armée et vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, a demandé l'application de l'article 102 de la Constitution algérienne. Cette procédure est prévue quand le président de la République "pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions". C'est le Conseil constitutionnel qui est habilité à déclencher la procédure de destitution du chef de l’Etat. 

Franceinfo revient sur six éléments méconnus du passé de celui qui dirigeit l'Algérie depuis 1999.

1Il n'est pas né en Algérie, mais au Maroc

C’est un élément qui ne figure dans aucune biographie officielle, mais Abdelzaziz Bouteflika est bien né au Maroc le 2 mars 1937, dans la ville d’Oujda, située à cinq kilomètres de la frontière algérienne. Une importante communauté algérienne s’est installée dans l’Ouest marocain à partir de 1850, après la défaite de l’émir Abdelkader contre les Français, rappelle Jeune Afrique.

Au moment de la guerre d’indépendance de l’Algérie, l’Armée de libération nationale (ALN) établit sa base à Oujda. La maison familiale des Bouteflika va même jouer un rôle majeur. Les officiers algériens y installent leur matériel d’écoute et de transmission qui a servi au FNL (Front national de libération) et l’ALN, précise Jeune Afrique. Les principaux acteurs de l’indépendance, dont Houari Boumédiène (auteur du premier coup d’Etat algérien) et Abdelaziz Bouteflika, vont être baptisés "le clan d’Oujda", signale Slate Afrique. 

2Il a été le plus jeune ministre de l'histoire du pays

Dès 1958, Abdelaziz Bouteflika se rapproche du colonel Houari Boumédiène. Il en devient le secrétaire particulier et l’accompagne dans sa progression. A seulement 25 ans, le futur président est le plus jeune ministre du pays. En 1962, il occupe le portefeuille de la Jeunesse, des Sports et du Tourisme. Il siège également à l’Assemblée constituante comme député de Tlemcen. L'année suivante, celui qui est surnommé "Little big man", devient le ministre des Affaires étrangères de Boumédiène. Il occupe ce poste pendant seize ans, un record.

3Il a offert à Yasser Arafat sa première tribune

Dans la droite ligne de Boumédiène, Abdelaziz Bouteflika incarne, sur le plan diplomatique, la position indépendantiste et celle des non-alignés. En 1974, il est élu président de l’assemblée générale des Nations unies. A cette occasion, il offre au leader palestinien Yasser Arafat sa première tribune internationale. Par ailleurs, il obtient que la délégation représentant le régime d’apartheid sud-africain soit exclu des instances onusiennes, relaie Jeune Afrique.

4Il a vécu en exil pendant plusieurs années

Après la mort d'Houari Boumédiène en 1978, Abdelaziz Bouteflika voit le pouvoir lui échapper au profit du colonel Chadli Bendjedid. Les nouvelles autorités lui reprochent une "gestion irrégulière des crédits budgétaires" passés. Il se retrouve écarté du comité central du FNL. Il entame alors une longue traversée du désert politique, et s'exile entre Paris, Genève et Abou Dhabi, où il conseille le tout puissant cheikh Zayed, rapporte Le Monde. Comme l'explique le quotidien, à la faveur d'une ouverture politique en Algérie, Bouteflika finit par réintégrer le comité central du FLN en mars 1989.

5Il a "réussi le plus grand hold-up de l'histoire du pays"

Dès son élection en avril 1999, Abdelaziz Bouteflika entreprend de ramener la paix dans un pays déchiré par la guerre civile. Dès l'été, est promulguée sa première grande loi pour la "concorde civile". Ce texte accorde l’amnistie aux islamistes armés n'ayant pas commis de crimes de sang et de viols, et qui acceptent de se soumettre à l'autorité de l'Etat. Après sa réélection en 2004, un nouveau référendum permet l'adoption d'une "Charte pour la paix et la réconciliation", offrant le "pardon" aux islamistes encore dans le maquis en échange de leur reddition.

"En leur donnant une couverture politique [réconciliation, amnistie…] et faisant sien un projet des militaires, celui de la paix, qui était en réalité effectif depuis 1995, date à partir de laquelle les terroristes ont commencé à se rendre, Bouteflika a réussi le plus grand hold-up de l'histoire du pays", analyse de son côté, un ancien cadre de la lutte antiterroriste, interrogé par Le Figaro.

6Il a été brièvement marié

Tout comme sa ville natale, la vie maritale d'Abdelaziz Bouteflika est un sujet tabou. Ainsi cet aspect de sa vie privée n'a été abordé qu'une seule fois en vingt ans de règne, lors d'une interview en 2000 à la chaîne libanaise LBC, rapporte Jeune Afrique. Le président algérien avait alors répondu sèchement qu'il n'était pas marié, fait très rare pour un dirigeant africain, note le journal.

Pourtant, Abdelaziz Bouteflika a bien été marié au cours de l'année 1990, assure également dans Le ParisienMohamed Benchicou, auteur de Bouteflika, une imposture algérienne. "Il a épousé Amal Triki, fille du diplomate Yahia Triki, alors premier conseiller à l'ambassade d'Algérie au Caire. L'acte de mariage a été établi par un agent de la mairie de Sidi-M'hamed (un quartier d'Alger) dépêché spécialement dans l'appartement, confie-t-il. Elle n'est jamais apparue aux côtés de son mari, ni ne figure officiellement dans son entourage."

Jeune Afrique précise que, selon ses informations, le couple a divorcé et que cette femme partage désormais sa vie entre l’Egypte et la France.