DIRECT. Algérie : des milliers de personnes descendent à nouveau dans les rues d'Alger, pour la première mobilisation depuis le départ de Bouteflika

La démission d'Abdelaziz Bouteflika n'est qu'une "demi-victoire" pour de nombreux Algériens, qui entendent chasser le "système" qui entourait l'ancien président.

Des manifestants rassemblés à Alger (Algérie), le 5 avril 2019, pour le septième vendredi consécutif de mobilisation contre le \"système\" politique de l\'ancien président Abdelaziz Bouteflika.
Des manifestants rassemblés à Alger (Algérie), le 5 avril 2019, pour le septième vendredi consécutif de mobilisation contre le "système" politique de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika. (RAMZI BOUDINA / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Ils ont poussé Abdelaziz Bouteflika à la démission et ne comptent pas s'arrêter là. Des milliers d'Algériens sont descendus dans les rues d'Alger, vendredi 5 avril, pour exprimer leur colère et provoquer le départ de l'entourage de l'ancien président, à qui la Constitution confie les rênes du processus d'intérim. Il sont réunis pour le 7e vendredi consécutif aux cris de "On ne pardonnera pas!", référence à la lettre d'adieu mercredi du chef de l'Etat, dans laquelle il a demandé pardon à son peuple.

L'intérim tarde à se mettre en place. Le Conseil Constitutionnel a "constaté la vacance définitive" de la présidence mercredi. Et la Constitution prévoit ensuite que l'Assemblée populaire nationale (APN) et le Conseil de la nation se réunissent ensemble. Mais aucune date n'a pour l'heure été avancée pour cette réunion, trois jours après la démission du chef de l'Etat.

Chasser les "3B". Désormais, l'objectif des opposants est de chasser les "3B" : Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaiz et Noureddine Bedoui. Trois hommes-clés de l'appareil mis en place par Bouteflika et à qui la Constitution confie les rênes du processus d'intérim.

Un mois et demi de contestation inédite. Mobilisés dans la rue depuis bientôt deux mois, les Algériens ont obtenu une première victoire grâce à une révolte pacifique. "On a fait tomber le roi de l'échiquier, mais il reste quelques tours et quelques fous à abattre", raconte un manifestant à franceinfo. Retour sur ce printemps algérien qui fait vaciller le pouvoir du clan Bouteflika.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ALGERIE

00h00 : Voici les principaux titres de l'actualité :

La cour d'assises spéciale a condamné sept des neuf accusés de l'affaire "Air Cocaïne" à des peines allant jusqu'à 18 ans de prison. Les pilotes Bruno Odos et Pascal Fauret ont été condamnés à six ans de prison.


• Un enseignant français est soupçonné d'avoir commis des viols sur une cinquantaine d'enfants dans plusieurs pays d'Asie, selon les informations de France 3. Il a été interpellé à Besançon (Doubs) et mis en examen.


• Deux policiers municipaux ont été retrouvés morts dans les locaux à Avignon (Vaucluse).


La Première ministre britannique, Theresa May, a demandé un report du Brexit jusqu'au 30 juin 2019, dans une lettre envoyée au président du Conseil européen Donald Tusk. Faute de "plan clair", la France juge cette demande "prématurée", a fait savoir l'Elysée.

• La démission d'Abdelaziz Bouteflika, arrachée dans la semaine, n'est qu'une "demi-victoire" pour les Algériens. Ils défilent aujourd'hui pour le septième vendredi consécutif, afin d'empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition.

21h08 : Une foule immense a de nouveau envahi le centre d'Alger et les principales villes d'Algérie vendredi, le premier depuis le départ du président Abdelaziz Bouteflika, pour dire désormais leur refus de toute implication de ses anciens fidèles dans la transition politique.



(BILLAL BENSALEM / NURPHOTO / AFP)

20h36 : Voici les principaux titres de l'actualité :

• Un enseignant français est soupçonné d'avoir commis des viols sur une cinquantaine d'enfants dans plusieurs pays d'Asie, selon les informations de France 3. Il a été interpellé à Besançon (Doubs) et mis en examen.


• Deux policiers municipaux ont été retrouvés morts dans les locaux à Avignon (Vaucluse).


La Première ministre britannique, Theresa May, a demandé un report du Brexit jusqu'au 30 juin 2019, dans une lettre envoyée au président du Conseil européen Donald Tusk. Faute de "plan clair", la France juge cette demande "prématurée", a fait savoir l'Elysée.

• La démission d'Abdelaziz Bouteflika, arrachée dans la semaine, n'est qu'une "demi-victoire" pour les Algériens. Ils défilent aujourd'hui pour le septième vendredi consécutif, afin d'empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition.

18h04 : Voici les principaux titres de l'actualité :

• Un enseignant français est soupçonné d'avoir commis des viols sur une cinquantaine d'enfants dans plusieurs pays d'Asie, selon les informations de France 3. Il a été interpellé à Besançon (Doubs) et mis en examen.


• Le Premier ministre, Edouard Philippe, a déclaré "absurde" de s'interdire d'étudier les possibilités du cannabis thérapeutique, lors d'un voyage en Creuse.


La Première ministre britannique, Theresa May, a demandé un report du Brexit jusqu'au 30 juin 2019, dans une lettre envoyée au président du Conseil européen Donald Tusk. Faute de "plan clair", la France juge cette demande "prématurée", a fait savoir l'Elysée.

Les ONG (...) ont pu se faire complices des passeurs" en mer Méditerranée, a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, après avoir rencontré ses homologues au G7.

Emmanuel Macron dévoile aujourd'hui la composition d'un "groupe de chercheurs" chargé d'examiner les archives françaises sur la période d'engagement de la France au Rwanda de 1990 à 1994. La présidence de cette commission sera confiée à l'historien Vincent Duclert, selon les informations de franceinfo.


• La démission d'Abdelaziz Bouteflika, arrachée dans la semaine, n'est qu'une "demi-victoire" pour les Algériens. Ils défilent aujourd'hui pour le septième vendredi consécutif, afin d'empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition.

17h02 : Une foule immense envahit de nouveau le centre d'Alger à l'occasion du premier vendredi depuis le départ du président Abdelaziz Bouteflika. D'imposants cortèges défilent aussi à Oran et Constantine ainsi qu'à Batna, selon des images de la télévision nationale.





AFP

14h12 : Voici les principaux titres de l'actualité :

La Première ministre britannique, Theresa May, a demandé un report du Brexit jusqu'au 30 juin 2019, dans une lettre envoyée au président du Conseil européen Donald Tusk. Faute de "plan clair", la France juge cette demande "prématurée", a fait savoir l'Elysée.

Les ONG (...) ont pu se faire complices des passeurs" en mer Méditerranée, a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, après avoir rencontré ses homologues au G7.

• Emmanuel Macron a bouclé hier en Corse son grand débat national entamé il y a 80 jours. Et maintenant, que va-t-il se passer ? Franceinfo fait le point sur le calendrier prévu pour la synthèse et la mise en place de mesures concrètes.

Emmanuel Macron dévoile aujourd'hui la composition d'un "groupe de chercheurs" chargé d'examiner les archives françaises sur la période d'engagement de la France au Rwanda de 1990 à 1994. La présidence de cette commission sera confiée à l'historien Vincent Duclert, selon les informations de franceinfo.


• La démission d'Abdelaziz Bouteflika, arrachée dans la semaine, n'est qu'une "demi-victoire" pour les Algériens. Ils défilent aujourd'hui pour le septième vendredi consécutif, afin d'empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition.

13h42 :




13h42 : Alger, le vendredi matin après Bouteflika.

13h40 : Les manifestants sont redescendus par milliers dans les rues d'Alger pour le septième vendredi consécutif, trois jours après la démission du président Abdelaziz Bouteflika. Nouvelle conséquence des bouleversements actuels, Athmane Tartag, le chef des services de renseignement, a été relevé de ses fonctions, a rapporté dans la matinée la chaîne de télévision privée Ennahar.

13h16 : "On a fait tomber le roi de l'échiquier." Les manifestants algériens ont obtenu la démission d'Abdelaziz Bouteflika, après presque deux mois de mobilisation. Voici un récit des dernières semaines du printemps algérien, alors que les manifestants se sont encore donnés rendez-vous aujourd'hui pour obtenir "un changement de système" à la tête de l'Algérie.




MAXPPP

12h03 : Voici le point sur l'actualité à midi :

Le président du Conseil européeen Donald Tusk va soumettre vendredi aux Etats membres de l'UE le scénario d'un report "flexible" du Brexit allant jusqu'à 12 mois alors que Theresa May lui a demandé un report jusqu'au 30 juin.

• Emmanuel Macron a bouclé hier à Cozzano (Corse-du-Sud) son grand débat national, entamé il y a 80 jours. L'opinion publique s'impatiente et réclame désormais des réponses concrètes. Quand vont-elles être annoncées ? Nous faisons le point sur le calendrier des prochains jours dans un article.

• La démission d'Abdelaziz Bouteflika, arrachée dans la semaine, n'est qu'une "demi-victoire" pour les Algériens qui s'apprêtent à défiler en masse aujourd'hui pour un septième vendredi consécutif, afin d'empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition.

"N'oublions pas que le virus du sida est toujours là !" : 25 ans après le premier Sidaction, un nouvel appel aux dons est lancé à partir d'aujourd'hui et jusqu'à dimanche, dans un contexte de "banalisation". La méconnaissance reste notamment grande chez les 15-24 ans.

09h00 : Voici les principales informations de la matinée :

• La démission d'Abdelaziz Bouteflika, arrachée dans la semaine, n'est qu'une "demi-victoire" pour les Algériens qui vont manifester à nouveau en masse aujourd'hui pour un septième vendredi consécutif, afin d'empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition.

• Un grand débat télévisé, organisé par France 2 et France Inter, a réuni douze têtes de listes des principaux partis et mouvements politiques français pour les élections européennes. Voici les six séquences qu'il ne fallait pas rater.

• Emmanuel Macron reçoit aujourd'hui une association de soutien aux rescapés du génocide des Tutsis au Rwanda, une rencontre au cours de laquelle le chef de l'Etat devrait dévoiler la composition du "groupe de chercheurs" chargés de faire la lumière sur le rôle de la France entre 1990 et 1994.

#SIDA "N'oublions pas que le virus du sida est toujours là !" : 25 ans après le premier Sidaction, un nouvel appel aux dons est lancé à partir d'aujourd'hui et jusqu'à dimanche, dans un contexte de "banalisation". La méconnaissance reste notamment grande chez les 15-24 ans.

08h14 : "Pour moi, le président c'était la vitrine du système. La vitrine a été cassée et l'entrée dans le magasin est désormais possible, donc on va essayer d'y mettre de l'ordre."

Les manifestants algériens se sont donnés rendez-vous aujourd'hui pour un septième vendredi de mobilisation pour obtenir "un changement de système" à la tête de l'Algérie.

Des manifestants tiennent une caricature représentant le clan Bouteflika, le 13 mars 2019, à Alger.


(ZOHRA BENSEMRA / REUTERS)

08h12 : Les manifestants réclament désormais un changement de régime. "On a gagné une bataille, mais la guerre reste à mener", estime Fetchi, un Algérois de 35 ans.

Des manifestants dans les rue d\'Alger contre la candidature à un cinquième mandat d\'Abdelaziz Bouteflika, le 22 février 2019.


(FAROUK BATICHE / DPA)

08h11 : "On a fait tomber le roi de l'échiquier." Les manifestants algériens ont obtenu la démission d'Abdelaziz Bouteflika, après presque deux mois de mobilisation. Retour sur les dernières semaines du printemps algérien.

Un drapeau algérien au-dessus de la foule des manifestants, le 22 mars 2019, à Alger.

06h03 : Quatre jours après la démission d'Abdelaziz Bouteflika, les Algériens entendent manifester à nouveau en masse aujourd'hui, pour un septième vendredi consécutif. Ils souhaitent chasser le "système" du pouvoir et empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition. Notre article fait le point sur cette période de transition.

Des manifestants fêtent l\'annonce de la démission du président Abdelaziz Bouteflika, mardi 2 avril 2019.


(RYAD KRAMDI / AFP)