Algérie : "Pas d'indifférence, mais pas d'ingérence" de la France

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne sont les invités du Soir 3 lundi 11 mars après le retrait de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle en Algérie.

France 3

"Les Algériens doivent rester déterminés jusqu'au bout parce que ce retrait d'Abdelaziz Bouteflika ne veut pas dire grand-chose. Il est toujours en place et le système aussi", estime l'écrivain algérien Yasmina Khadra.

"Il faut des élections"

Et de poursuivre : "Ce n'est pas le moment d'avoir une nouvelle Constitution. Il faut se débarrasser du système en place. Il faut impérativement des élections. Le peuple algérien a fait preuve d'une maturité exceptionnelle, de courage et de sérénité. J'en suis resté admiratif".

"Abdelaziz Bouteflika a un mandat qui court jusqu'au 16 avril, rappelle Jean-Baptiste Lemoyne. Une nouvelle dynamique porteuse d'espoir est en train de naître. Des annonces seront faites sur la suite du processus. La France et la communauté internationale observent et attendent", affirme le secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un algérien lit dans un journal le 11 février 2019 un article sur l\'élection présidentielle prévue pour le 18 avril.
Un algérien lit dans un journal le 11 février 2019 un article sur l'élection présidentielle prévue pour le 18 avril. (RYAD KRAMDI / AFP)