Algérie : le nouveau président Tebboune face à un immense défi

Beaucoup d'Algériens étaient dans la rue après l'élection d'Abdelmajid Tebboune, le 12 décembre. Comment l'avenir peut-il être envisagé ? La question se pose.

"Il y a eu un début de réponse hier avec d'énormes manifestations à Alger et dans d'autres villes du pays pour dénoncer une élection massivement rejetée. Les manifestations du vendredi étaient le premier test pour le président désigné, pas élu", analyse Khaled Drareni, journaliste algérien. "Le vendredi de la colère était un refus de cette élection et de ce résultat. On parle d'une probabilité de rajouter d'autres jours de manifestations", continue-t-il.

La presse muselée ?

Abdelmajid Tebboune a tout de même tendu la main en voulant rajeunir ses équipes et amender la Constitution. Mais aujourd'hui, la situation reste précaire dans le pays. La presse est aussi très touchée. Les chaines de télévision publiques sont contrôlées et privées, il ne reste plus que quelques journalistes et sites internet indépendants. "Ce sont des mauvais jours pour la presse algérienne, mais qui continue de résister", avoue Khaled Drareni.

Des manifestants à Alger (Algérie), le 13 décembre 2019.
Des manifestants à Alger (Algérie), le 13 décembre 2019. (RYAD KRAMDI / AFP)