17 octobre 1961 : "Des dizaines d'Algériens ont été tués dans des conditions qui, pour beaucoup, restent obscures", rappelle un historien

L'historien Emmanuel Blanchard revient sur cet événement qui est longtemps resté "un mensonge d'État dans un contexte de sortie de guerre avec une presse censurée".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Emmanuel Macron a déposé une gerbe de fleurs au pont de Bezons à Colombes (Hauts de Seine), le 16 octobre 2021.  (FRANCEINFO / FRANCE TÉLÉVISION)

"Il n'y a pas eu d'autre démonstration de masse qui ait été réprimée dans une telle violence" en Europe de l'Ouest après la Seconde Guerre mondiale, a estimé samedi 16 octobre sur franceinfo, l'historien et politiste Emmanuel Blanchard, alors qu'Emmanuel Macron a dénoncé "des crimes inexcusables", à l'issue d'une cérémonie officiel pour les 60 ans du massacre des Algériens du 17 octobre 1961 à Paris. "Il y a eu plusieurs dizaines de morts, 150 victimes selon [les historiens] Jim House et Neil MacMaster. Ils ont été tués dans des conditions qui, pour beaucoup, restent obscures", a-t-il rappelé.

franceinfo : Selon vous, cette manifestation est la répression la plus violente en Europe de l'Ouest après la Seconde Guerre mondiale ?

Emmanuel Blanchard : Incontestablement, il n'y a pas eu d'autre démonstration de masse qui ait été réprimée dans une telle violence. Il y a eu plusieurs dizaines de morts le soir-même du 17 octobre, mais aussi des Algériens qui ont disparu tout au long des mois de septembre et d'octobre. Ils ont été tués dans des conditions qui, pour beaucoup, restent obscures. Il y a eu 150 victimes selon Jim House et Neil MacMaster [historiens britanniques, spécialistes de la France et de l'Algérie]. C'est une question de mensonge d'État. Il y a d'abord eu une dissimulation médiatique, dans un contexte de sortie de guerre avec une presse censurée. Par exemple, un photographe du journal L'Humanité a pris des photos d'Algériens gravement blessés voire morts. Elles n'ont pas été publiées à l'époque. Ensuite, le récit gouvernemental vise à faire porter la charge de la violence sur les Algériens qui auraient commis une émeute. Les meurtres auraient été commis entre indépendantistes algériens. Ce récit ne tient pourtant pas, même du point de vue médiatique. Le New York Times fera par exemple sa une sur le 17 octobre 1961 pendant plusieurs jours à l'époque. Enfin, le mensonge va être judiciaire. Les juges se contentent de suivre la seule piste fournie par la police et les archives seront difficiles d'accès. Le premier historien à avoir fourni un récit très circonstancié du 17 octobre 1961, Jean-Luc Einaudi [historien], n'a pas eu accès aux archives de police et de justice qu'il demandait à la fin des années 80 et tout au long des années 90.

Quelle a été la réaction du FLN ?

12 000 personnes ont été arrêtées ce jour-là. Une grande partie des cadres intermédiaires du FLN ont été placés dans des camps d'internement ou des commissariats pendant plusieurs jours. Le FLN a lancé une enquête interne pour identifier qui n'était pas revenu de la manifestation, qui a été blessé, voire tué, qui a disparu... Le FLN en a fait une plaquette en décembre 1961 pour dénoncer la répression coloniale et affirmer déjà qu'une centaine de personnes avait été tuées. Mais ce qui importait au FLN, c'était la victoire politique. Les Français ont rouvert les négociations en acceptant que le FLN soit le seul parti algérien à la table des négociations. C'était l'enjeu à cette époque. Si la police réprimait si fortement depuis le début du mois de septembre, avec arrestations, internements, et disparitions, c'était dans l'optique de casser la fédération de France du FLN et de faire émerger une troisième force qui serait venue à la table des négociations. Or, de ce point de vue-là, le FLN a obtenu une victoire politique.

Comment expliquer un tel déchaînement de violence de la police ce soir-là ?

Il faut s'imaginer un contexte de sortie de guerre, où le gouvernement français, son premier ministre Michel Debré, et le président de la République, le général de Gaulle, ont donné une mission très claire à la préfecture de police : il fallait casser la fédération de France du FLN. Il était donc inimaginable que cette fédération, qui par ailleurs commettait des attentats, puisse organiser une manifestation pacifique. Symboliquement, c'était prouver que le FLN avait le peuple derrière lui, alors le gouvernement français voulait faire du FLN un groupuscule terroriste. Des dizaines de milliers de personnes cherchaient à se rendre visibles pour montrer à la fois qu'elles étaient là et qu'elles soutenaient l'indépendance de l'Algérie. C'est ça que la police a interdit. Il faut rappeler le rôle de la police ce soir-là, la façon dont ses exactions ont été couvertes par Maurice Papon qui a été préfet jusqu'en 1967, et rappeler qu'à cette époque il y a eu des dizaines d'attentats de l'OAS qui ne sont pas étrangers à la disparition d'un certain nombre d'Algériens à cette époque.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Algérie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.